Paradis fiscaux: une onde de choc internationale

Pour le cabinet d'avocats Mossack Fonseca, la publication... (AFP, Rodrigo Arangua)

Agrandir

Pour le cabinet d'avocats Mossack Fonseca, la publication de ses documents est un «crime» et une «attaque» contre le Panama.

AFP, Rodrigo Arangua

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Juliette MICHEL
Agence France-Presse
PARIS

L'opération «Panama papers», l'enquête réalisée par une centaine de journaux qui a révélé des avoirs dans des paradis fiscaux de 140 responsables politiques, des vedettes du soccer ou des milliardaires, a suscité lundi une onde de choc mondiale et de vives réactions vives dans l'attente de nouvelles révélations.

Vladimir Poutine... (Photo Alexei Nikolsky, Associated Press) - image 1.0

Agrandir

Vladimir Poutine

Photo Alexei Nikolsky, Associated Press

Le président chinois Xi Jinping.... (PHOTO ANTHONY DEVLIN, REUTERS) - image 1.1

Agrandir

Le président chinois Xi Jinping.

PHOTO ANTHONY DEVLIN, REUTERS

Parmi les quelque 11,5 millions de documents provenant du cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca apparaissent des noms de l'entourage des présidents russe Vladimir Poutine, chinois Xi Jinping, syrien Bachar al-Assad et mexicain Enrique Peña Nieto et même le président ukrainien Petro Porochenko.

M. Porochenko a affirmé lundi respecter la loi à la lettre après avoir été incriminé dans une enquête planétaire pour avoir créé une société dans les îles Vierges Britanniques au plus fort de la guerre avec les séparatistes prorusses.

«Je pense qu'il est possible que je sois le premier responsable officiel de très haut rang en Ukraine qui gère de manière très sérieuse la déclaration de ses actifs, le paiement de ses impôts et les problèmes de conflit d'intérêts, et ce dans le respect total du droit privé ukrainien et international», a-t-il écrit sur sa page Facebook.

Dans la liste hétéroclite des personnalités ayant créé ou utilisé des sociétés offshore figurent le footballeur argentin Lionel Messi, l'acteur chinois Jackie Chan et le cinéaste espagnol Pedro Almodovar.

Crise politique en Islande, lancement d'enquêtes en France et en Australie, indignation de la Russie, démentis en cascade: les répercussions de la divulgation par une centaine de journaux de quelque 11,5 millions de documents provenant du cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca ont été immédiates.

Le premier ministre islandais, Sigmundur David Gunnlaugsson.... (PHOTO BERTIL ENEVAG ERICSON, TT/AP) - image 2.0

Agrandir

Le premier ministre islandais, Sigmundur David Gunnlaugsson.

PHOTO BERTIL ENEVAG ERICSON, TT/AP

Le premier ministre pakistanais Nawaz Sharif... (PHOTO STÉPHANE MAHÉ, ARCHIVES AFP) - image 2.1

Agrandir

Le premier ministre pakistanais Nawaz Sharif

PHOTO STÉPHANE MAHÉ, ARCHIVES AFP

Le premier ministre islandais, Sigmundur David Gunnlaugsson, qui selon les documents a créé avec son épouse une société aux îles Vierges britanniques pour y dissimuler des millions de dollars, a exclu lundi de démissionner.

«Je n'ai pas envisagé de démissionner à cause de cela et je ne démissionnerai pas à cause de cela», a déclaré le chef de gouvernement à la chaîne Stöd 2.

L'opposition de gauche a réclamé son départ juste après la divulgation des documents montrant qu'il avait créé en 2007 une société avec son épouse dans les îles Vierges britanniques pour gérer leur fortune.

L'épouse, Anna Sigurlaug Palsdottir, avait elle-même rendu publique mi-mars l'existence de la société, appelée Wintris, qui gère la fortune dont elle a hérité d'un père homme d'affaires. Elle nie toute évasion fiscale.

M. Gunnlaugsson devrait affronter cette semaine une manifestation à Reykjavik et un vote de défiance au Parlement.

Il s'est montré très mal à l'aise lors d'un entretien avec la télévision suédoise SVT dimanche soir, préférant quitter la pièce quand les questions sont devenues pressantes.

La famille du premier ministre pakistanais Nawaz Sharif, également mise en cause, a assuré n'avoir rien fait d'illégal en confiant ses biens à des compagnies offshore.

La justice française a annoncé lundi l'ouverture d'une enquête pour «blanchiment de fraudes fiscales aggravées».

Les pratiques dévoilées sont «susceptibles de concerner des résidents fiscaux français», a expliqué le parquet financier français pour justifier sa décision.

L'Australie a de son côté lancé des investigations sur 800 clients du cabinet Mossack Fonseca.

Et la Suède a demandé au Luxembourg des précisions sur une filiale de la première banque scandinave, Nordea, qui aurait facilité l'évasion fiscale de ses clients.

Tout en remerciant les «lanceurs d'alerte et la presse» pour ces révélations, le président français François Hollande  s'est aussi félicité des nouvelles «rentrées fiscales» qu'elles vont engendrer.

Lionel Messi... (Photo Lluis Gene, archives AFP) - image 3.0

Agrandir

Lionel Messi

Photo Lluis Gene, archives AFP

Jackie Chan... (Photo: AP) - image 3.1

Agrandir

Jackie Chan

Photo: AP

Divulgations à venir

Les détails continuaient à affluer lundi alors que les acteurs de l'enquête promettent d'égrener les révélations au fil de la semaine.

L'émission Cash Investigation diffusée mardi sur la chaîne France 2 promet ainsi de dévoiler des informations sur l'ancien ministre Jérôme Cahuzac, le député-maire du parti Les Républicains (LR) de Levallois-Perret (banlieue parisienne) Patrick Balkany, l'homme d'affaires Patrick Drahi, mais aussi sur les pratiques de la banque Société Générale. Un millier de Français au total seraient concernés.

Le directeur du journal Le Monde, Jérôme Fenoglio, s'est aussi engagé à la radio France Inter lundi à divulguer le nom d'un «grand parti politique français» concerné.

Plus de 214 000 entités offshore sont impliquées dans les opérations financières dans plus de 200 pays et territoires à travers le monde, selon le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ).

Les documents, d'abord obtenus par le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung début 2015, ont ensuite été partagés par l'organisme entre 370 journalistes de plus de 70 pays.

Pour le cabinet d'avocats Mossack Fonseca, leur publication est un «crime» et une «attaque» contre le Panama.

Le gouvernement de ce pays a lui assuré qu'il «coopérerait vigoureusement» avec la justice en cas d'ouverture d'une procédure judiciaire.

40 ans de documents

«Les documents montrent que les banques, les cabinets d'avocats et autres acteurs opérant dans les paradis fiscaux oublient souvent leur obligation légale de vérifier que leurs clients ne sont pas impliqués dans des entreprises criminelles», affirme l'ICIJ.

Selon les révélations de l'organisme, qui couvrent une période de près de 40 ans allant de 1977 à 2015, des associés du président russe Vladimir Poutine auraient détourné jusqu'à 2 milliards de dollars avec l'aide de banques et de sociétés-écrans.

Plusieurs proches de dirigeants africains sont aussi évoqués comme Alaa Moubarak, le fils de l'ancien président égyptien, ou le neveu du président sud-africain Jacob Zuma.

Le monde du soccer, déjà ébranlé ces derniers mois par plusieurs scandales touchant les dirigeants de la FIFA, n'est pas épargné: sont mentionnés par l'ICIJ quatre des 16 dirigeants de la fédération internationale, l'ex-président de l'UEFA Michel Platini et une vingtaine de joueurs vedettes.

Si l'opération «Panama Papers» rappelle le travail réalisé par WikiLeaks, site spécialisé dans la diffusion de documents secrets créé en 2006, le volume de document étudiés représente «1000 fois plus que ce qu'on avait pu récupérer à l'époque de Julian Assange et de WikiLeaks», a assuré Jérôme Fenoglio.

Le Panama retiré d'une liste grise

Plusieurs ONG de lutte contre la corruption ont appelé à l'interdiction pure et simple des sociétés-écrans anonymes, à l'instar de Transparency International pour qui elles représentent «le côté obscur du système financier mondial».

L'organisation internationale GAFI (Groupe d'action financière) avait pourtant retiré en février le Panama de sa liste grise de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme, après une série de réformes adoptées par son gouvernement.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer