Exclusif

Moins de particules cancérigènes dans l'air à Montréal

À Montréal, l'an dernier, chaque mètre cube d'air... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

À Montréal, l'an dernier, chaque mètre cube d'air abritait 7 microgrammes de particules microscopiques, dites « fines ». C'est 3 microgrammes sous la limite annuelle prescrite par l'Organisation mondiale de la santé.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les poumons des Montréalais ont bénéficié d'un heureux répit en 2016. Depuis le début de la décennie, ils n'avaient jamais été exposés à des concentrations aussi faibles de particules fines - et toxiques - dans l'air. C'est du moins ce que permet de croire le dernier bilan du Réseau de surveillance de la qualité de l'air (RSQA), qui sera publié sous peu.

Il y a eu seulement 5 jours de... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Il y a eu seulement 5 jours de smog en 2016 à Montréal, contre 31 en 2008.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Sous la limite de l'OMS

À Montréal, l'an dernier, chaque mètre cube d'air abritait 7 microgrammes de particules microscopiques, dites « fines ». C'est 3 microgrammes sous la limite annuelle prescrite par l'Organisation mondiale de la santé.

Il s'agit bien sûr d'une moyenne, car la concentration de ces particules - qui favorisent l'apparition de graves maladies en s'infiltrant dans les voies respiratoires et le système sanguin - change d'heure en heure. Leur niveau augmente avec la combustion d'essence et de bois et diminue lorsque le vent et la pluie les dispersent.

En mai, pendant quelques heures, l'air de Montréal s'est - très exceptionnellement - retrouvé plus pollué que celui de Pékin.

-19 %

Diminution du niveau moyen de particules fines (aussi appelées PM2,5, en référence à leur diamètre maximal de 2,5 micromètres) l'an dernier comparativement à 2015. Il s'agit aussi d'une diminution de 28 % comparativement à 2011.

Microgrammes de particules fines par mètre cube d'air à Montréal

2011 : 9,7

2012 : 9,3

2013 : 10,2

2014 : 9,3

2015 : 8,7

2016 : 7

L'aide de la météo

Aucun système de filtreur ne permet de traiter l'immense volume d'air qui entoure Montréal. Une baisse aussi marquée s'explique donc en partie par les conditions météorologiques favorables de 2016. « L'été dernier, on n'a pas vraiment connu d'épisodes de smog, parce qu'il y a eu moins de canicules ou parce que, lorsqu'il y en a eu, il y avait quand même du vent », rappelle Diane Boulet, chimiste au RSQA.

Moins de polluants venus d'ailleurs

Autre coup de pouce : la fermeture de centrales au charbon en Ontario et aux États-Unis. « Ça nous a aidés, car Montréal se trouve dans un corridor de vent qui transporte les polluants transfrontaliers, explique Mme Boulet. On a pris une bonne tangente et on espère que cela va continuer. Mais si les choses changent avec Trump, on ne sera pas à l'abri. »

Poêle, foyer au bois et transport

Lors des épisodes de smog, il est déjà interdit de faire fonctionner son poêle ou foyer au bois. Et à partir de 2018, les appareils qui ne respecteront pas les nouvelles normes ne pourront plus du tout être utilisés (sauf lors de pannes d'électricité de plus de trois heures). La Ville mise aussi sur l'électrification du transport, souligne Mme Boulet. Montréal est par contre moins sévère que l'Ontario, qui force les propriétaires de vieux véhicules à se soumettre à des tests antipollution.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer