Pékin sort la tête du smog après six jours de pollution extrême

Le ciel est redevenu bleu jeudi à Pékin.... (photo Jason Lee, REUTERS)

Agrandir

Le ciel est redevenu bleu jeudi à Pékin.

photo Jason Lee, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PÉKIN

Le ciel est redevenu bleu jeudi à Pékin, accablée pendant six jours par un pic de pollution grisâtre qui a touché un tiers des 1,37 milliard de Chinois et déclenché l'alerte rouge dans les grandes villes du nord du pays.

L'arrivée de vents froids a permis de dissiper le nuage toxique, selon le Bureau national météorologique.

Depuis le 16 décembre, la capitale, comme 27 autres grandes villes du nord de la Chine, avait décrété une « alerte rouge » au pic de pollution. Ce statut a permis de déclencher des mesures d'urgence : fermeture d'écoles, arrêt ou réduction de la production dans les usines, circulation alternée, renfort de bus électriques ou encore interruption des chantiers. Des centaines des vols avaient également été annulés en raison du manque de visibilité.

L'alerte a finalement été levée mercredi soir à Pékin, qui avait décrété sa première alerte rouge en décembre 2015, en pleine conférence de Paris sur le réchauffement climatique.

Le nuage toxique de pollution s'est étendu sur une surface totale de 1,88 million de km2, a souligné l'agence officielle Chine nouvelle, soit plus de trois fois la superficie de la France.

Quelque 460 millions de personnes ont été affectées au total, selon Greenpeace, soit presque la population de l'Union européenne.

Dans l'Hebei (nord), la province industrielle qui entoure Pékin, plusieurs aciéries et cimenteries n'ont pas respecté les interdictions de production, a indiqué le ministère de l'Environnement. À Pékin, sur la seule journée du 20 décembre, plus de 80 000 véhicules ont enfreint la circulation alternée, selon le ministère, qui n'a pas précisé le montant des amendes infligées.

La pollution atmosphérique est principalement causée par la combustion du charbon utilisé pour le chauffage ou la production d'électricité, la demande augmentant en hiver.

Selon l'agence Chine nouvelle, le président Xi Jinping a appelé mercredi à « utiliser les énergies propres autant que possible » pour le chauffage dans le nord de la Chine, citant le gaz naturel ou l'électricité. À Pékin, la conversion des chaudières à charbon pour des appareils à gaz a commencé en 2010.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer