La pollution atmosphérique tue une personne sur dix dans le monde

En Asie de l'Est, qui comprend la Chine... (photoWANG ZHAO, archives AFP)

Agrandir

En Asie de l'Est, qui comprend la Chine (ci-dessus), et du Sud, qui compte l'Inde, ces « pertes de bien-être » pèsent l'équivalent de 7,5 % du Produit intérieur brut (PIB) de ces régions.

photoWANG ZHAO, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Virginie MONTET
Agence France-Presse
WASHINGTON

La pollution atmosphérique est devenue le quatrième facteur de décès prématuré dans le monde, entraînant un manque à gagner de centaines de milliards de dollars pour l'économie mondiale, selon un rapport de la Banque mondiale jeudi.

La pollution de l'air ambiant a tué 2,9 millions de personnes en 2013, selon les derniers chiffres disponibles publiés dans un rapport de l'institution de développement. Si l'on y ajoute les effets de la pollution dans les foyers, notamment ceux de l'utilisation de combustibles solides pour se chauffer et cuisiner, le nombre de morts s'élève à 5,5 millions.

Les maladies causées par la pollution de l'air (maladies cardiovasculaires, cancers des poumons, maladies pulmonaires chroniques, infections respiratoires) sont donc responsables d'un décès sur dix dans le monde, six fois plus que le paludisme.

Quelque 87 % de la population sur la planète est plus ou moins exposée à cette pollution.

Ces pertes en vies humaines sont aussi synonymes de manques à gagner en termes de revenus et d'entraves au développement économique, selon les calculs de la Banque mondiale.

Ainsi l'étude évalue que les pertes de revenus du travail imputables à ces décès se sont chiffrées à environ 225 milliards de dollars en 2013.

Plus largement, cette pollution provoque des pertes en terme de bien-être totalisant 5110 milliards de dollars, affirme la Banque mondiale.

En Asie de l'Est, qui comprend la Chine, et du Sud, qui compte l'Inde, ces « pertes de bien-être » pèsent l'équivalent de 7,5 % du Produit intérieur brut (PIB) de ces régions.

L'Asie de l'Est compte 2,2 millions de décès dus à la pollution extérieure (air ambiant) comme intérieure (pollution du foyer), suivie par l'Asie du Sud (1,8 million), puis l'Afrique subsaharienne (605 000).

En Europe et l'Asie centrale, un demi-million de personnes meurent à cause de la pollution, et 100 000 aux États-Unis.

En 2013, les plus fortes concentrations de particules fines dans l'air (inférieure à 2,5 micromètres, qui pénètrent dans les alvéoles pulmonaires) ont été relevées en Afrique du Nord et au Moyen-Orient du fait de poussières minérales portées par les vents, et en Asie du Sud et de l'Est, relève la Banque mondiale.

L'est de la Chine

L'institution cite particulièrement « l'est de la Chine et le nord de l'Inde » où ces particules nocives émanent « de multiples sources, allant des centrales au charbon au brûlage à des fins agricoles en passant par les transports et l'utilisation de combustibles solides dans les foyers ».

Par pays, vu la concentration de la population, les plus hauts taux d'exposition à ces fines particules sont intervenus en 2013 en Mauritanie, en Chine et en Arabie saoudite.

Les pays aux plus faibles taux d'exposition à ces particules sont l'Australie et la Norvège ainsi que dans les îles du Pacifique et des Caraïbes.

Pour ce qui est de la France, une récente étude menée par Santé publique France et publiée en juin avait établi que la pollution de l'air y était responsable de 48 000 décès par an, dont les deux tiers étaient évitables.

« La pollution atmosphérique a pour conséquences de menacer le bien-être des populations, de porter atteinte au capital naturel et matériel et de limiter la croissance économique », affirme Laura Tuck, vice-présidente de la Banque mondiale pour le développement durable.

« Avec ce rapport, qui chiffre les coûts économiques de la mortalité prématurée liée à ce fléau, nous espérons trouver un écho chez les décideurs et faire en sorte que l'on consacre davantage de ressources à l'amélioration de la qualité de l'air », a ajouté cette responsable.

Cette vulnérabilité fatale à la pollution a grimpé de 30 % entre 1990 et 2013, tandis que les manques à gagner en termes de revenus du travail ont augmenté de 40 %, et les pertes en termes de bien-être ont presque doublé.

Par catégorie de population, ce sont les plus jeunes et les plus âgés qui sont les plus fragiles. La pollution de l'air est ainsi responsable de 5 % des décès des moins de cinq ans et de 10 % de ceux qui ont plus de 50 ans, relève l'étude.

Le taux de mortalité à cause de ce facteur est plus important parmi les hommes (85 pour 100 000) que parmi les femmes (68 pour 1 000 000).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer