• Accueil > 
  • Environnement > 
  • Pollution 
  • > Déversement d'eaux usées: une conséquence de l'austérité, dit le Syndicat de la fonction publique 

Déversement d'eaux usées: une conséquence de l'austérité, dit le Syndicat de la fonction publique

En novembre, la Ville de Montréal a procédé... (Photo Patrick SANFAÇON, La Presse)

Agrandir

En novembre, la Ville de Montréal a procédé au déversement de milliards de litres d'eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent.

Photo Patrick SANFAÇON, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La réduction d'effectifs au ministère de l'Environnement favorise l'impunité des municipalités dans les cas de déversements d'eaux usées.

C'est l'avis de Christian Daigle, président du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ).

M. Daigle réagissait au dossier de La Presse publié hier sur les problèmes de déversements d'égouts municipaux qui persistent dans certaines municipalités même s'ils sont illégaux.

« Avant, il y avait des inspections aux cinq ans et des suivis mensuels des déclarations des municipalités, dit-il. Aujourd'hui les municipalités remettent un rapport annuel et il n'y a plus d'inspection régulière. On avait des gens chez nous qui jouaient un rôle de conseil et d'expertise et ça se perd. »

Selon le SFPQ, le nombre d'inspecteurs en environnement est passé de 282 en avril 2014, au moment de l'élection du gouvernement Couillard, à 246 aujourd'hui, une baisse de 13 %.

Au même moment, le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) héritait de la responsabilité d'inspecter les ouvrages municipaux d'assainissement des eaux (OMAE), un travail qui relevait du ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire jusqu'au 1er janvier 2014.

Cependant, les 11 inspecteurs qui faisaient ce travail n'ont pas été transférés.

BAISSE DU NOMBRE D'INSPECTIONS

Cela se reflète dans le nombre d'inspections. Selon un rapport interne obtenu par le syndicat en vertu de la Loi sur l'accès à l'information, il y a eu 25 inspections d'OMAE en 2014-2015 et 86 étaient prévues pour 2015-2016.

Auparavant, il y avait 160 inspections par année, de manière à visiter chaque usine d'épuration en moyenne tous les cinq ans.

La baisse du nombre d'inspections reflète aussi l'entrée en vigueur d'un nouveau règlement, le 1er janvier 2014.

Ce règlement impose des règles plus strictes mais il s'en remet à l'auto-inspection. Une approche inefficace, selon M. Daigle, qui ajoute sa voix à plusieurs autres citées dans La Presse hier.

« Un règlement plus strict et plus ferme, c'est très bien, dit-il. Mais le problème, c'est quand on n'a pas les effectifs pour faire la surveillance. Le gouvernement dit que l'austérité n'affecte pas les services aux citoyens, mais là on parle de l'eau que les gens vont boire, où ils vont se baigner et où les poissons vivent. Et l'autosurveillance, ça ne marche pas. Il n'y a personne qui va faire hara-kiri, qui va dire : j'ai mal agi, s'il vous plaît, punissez-moi. »

SÉVÉRITÉ EXCEPTIONNELLE POUR UNE PETITE MUNICIPALITÉ

Pendant que les déversements d'égouts de Montréal, Beauharnois, Saint-Hyacinthe ou Trois-Rivières se passent sans faire broncher le ministère de l'Environnement, la petite municipalité de Déléage, dans la vallée de la Gatineau, s'est vu imposer une amende exceptionnelle de 10 000 $. En mai 2015, on a constaté que la conduite qui relie le réseau d'égout de Déléage, qui dessert 116 maisons, à l'usine d'épuration de Maniwaki, de l'autre côté de la rivière Gatineau, était sectionnée. « J'ai déclaré l'événement au ministère de l'Environnement qui est venu sur place, raconte le maire de Déléage, Bernard Cayen. On nous demandait de transporter les eaux usées par camion à Maniwaki. Je me suis mis à fouiller et je me suis rendu compte que ça ne se faisait nulle part ailleurs. Ça aurait coûté une fortune. Le transport par camion ne s'est pas fait. » La conduite a été remplacée en urgence. « On a mis tous les efforts pour régler le problème rapidement », assure le maire. La municipalité de 1864 habitants conteste l'amende devant le Tribunal administratif du Québec « On vit un sentiment d'injustice et on verra ce qui se passera au tribunal », dit le maire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer