Le Congrès vote symboliquement contre le plan anti-CO2 d'Obama

Le «Clean Power Plan» de l'administration Obama, finalisé... (ARCHIVES AP)

Agrandir

Le «Clean Power Plan» de l'administration Obama, finalisé en août, vise à réduire les émissions américaines de 32% d'ici 2030 par rapport à 2005.

ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Changements climatiques

Environnement

Changements climatiques

Tout sur les changements climatiques »

Agence France-Presse
Washington

Le Congrès américain, à majorité républicaine, a voté mardi pour annuler les nouvelles réglementations anti-carbone de l'administration de Barack Obama, un vote qui restera symbolique en raison du veto promis par le président.

Le vote avait été planifié pour coïncider avec la Conférence internationale sur le climat de Paris. La Chambre des représentants a voté par 242 voix contre 180 pour annuler le «Projet pour une énergie propre» de Barack Obama, qui pour la première fois impose des limites sur les émissions de dioxyde de carbone par les centrales thermiques américaines existantes.

Le «Clean Power Plan» de l'administration Obama, finalisé en août, vise à réduire les émissions américaines de 32% d'ici 2030 par rapport à 2005, en laissant aux États fédérés de la flexibilité pour y parvenir. Jusqu'à présent, l'EPA ne réglementait pas les émissions de CO2.

Un second vote, par 235 contre 188, a ensuite eu lieu pour annuler une autre réglementation concernant les émissions de CO2 des futures centrales.

Ces réglementations «sont un poignard dans le coeur de l'industrie du charbon», a déclaré le représentant républicain Mike Bost.

Le Sénat avait déjà adopté le 17 novembre ces résolutions de désapprobation, qui partent maintenant vers la Maison-Blanche où le président mettra un veto insurmontable, les républicains ne disposant pas des deux tiers des voix qui seraient nécessaires pour faire passer ces textes.

La majorité républicaine tenait à organiser ce vote pendant la COP21, «afin que le monde sache qu'aux États-Unis, un désaccord existe concernant l'abus de pouvoir extrême du président», a expliqué le républicain Ed Whitfield, élu du Kentucky, l'un des États où des mines de charbon sont encore exploitées.

Les républicains contestent, sinon le rôle des activités humaines dans le changement climatique, le coût économique de ces mesures environnementales. Ils promettent, en cas de victoire à la présidentielle de novembre 2016, de revenir sur les mesures pro-climat de l'ère Obama.

«Plus de la moitié des États ont porté plainte contre le projet du président», a déclaré Mitch McConnell, chef de la majorité sénatoriale. «Et le prochain président pourrait tout simplement l'annuler».

Les démocrates soutiennent majoritairement l'agenda environnemental de Barack Obama.

«Ils n'ont pas de solutions, ils ne sont que dans le déni», s'est moqué le représentant démocrate Jim McGovern. «Leur programme consiste à dire non à tout, c'est la garantie d'une catastrophe».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer