L'évaluation d'Énergie Est et de Trans Mountain suit son cours, dit Carr

Le ministre des Ressources naturelles, Jim Carr... (Photo Justin Tang, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le ministre des Ressources naturelles, Jim Carr

Photo Justin Tang, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Fannie Olivier
La Presse Canadienne
OTTAWA

Malgré le changement de garde à Ottawa, les processus d'évaluation environnementale pour les projets d'oléoducs de TransCanada et de Kinder Morgan suivent leur cours, affirme le ministre des Ressources naturelles, Jim Carr.

Le nouveau ministre assure toutefois que le gouvernement libéral entamera une révision de ces examens, comme promis en campagne électorale.

L'échéancier pour cette révision demeure flou.

«Non, (les évaluations) n'ont pas arrêté. Le processus continue», a signalé M. Carr mercredi en conférence téléphonique depuis Paris, où il assistait à la réunion ministérielle de l'Agence internationale de l'énergie.

«Il y aura une transition alors que nous amenderons la façon selon laquelle l'Office national de l'énergie ira de l'avant dans le processus d'évaluation de ces projets, et nous allons annoncer ces changements aussitôt que nous le pouvons. Mais le processus continue», a ajouté le ministre.

Il insisté sur le fait qu'il fallait restaurer «la confiance du public» envers le processus d'évaluation environnementale. Il aimerait que la population, particulièrement celle des Premières Nations, soit invitée davantage à exprimer son opinion au cours de l'examen, afin de bâtir un «consensus» sur les projets à adopter.

«Je comprends que tout changement que nous ferons dans le processus aura un effet sur les projets. Je sais que c'est important, et nous allons réviser la situation et vous donner les résultats dès que nous le pouvons», a-t-il noté.

Des groupes de pression avaient demandé la semaine dernière au gouvernement de Justin Trudeau d'arrêter le processus d'évaluation pour le projet d'oléoduc Énergie Est de TransCanada, un pipeline de 4600 kilomètres qui transporterait l'équivalent de 1,1 million de barils de pétrole par jour de l'Alberta vers le Nouveau-Brunswick, en passant par le Québec.

Ces groupes avaient fait la même demande pour le projet de la firme Kinder Morgan, qui veut accroître la capacité du pipeline Trans Mountain, en Alberta et en Colombie-Britannique.

Dans une lettre adressée au premier ministre Justin Trudeau, une centaine d'organisations environnementales, communautaires et économiques avaient demandé pourquoi continuer ces processus d'évaluations «vétustes» alors que de nouveaux paramètres seront définis.

En conférence téléphonique, M. Carr a par ailleurs indiqué que la question des subventions à l'industrie pétrolière avait été abordée en réunion avec ses homologues à Paris. Au Canada, ces subventions devraient diminuer progressivement «à moyen terme», a-t-il indiqué, sans pouvoir fournir, encore une fois, d'échéancier précis.

Le ministre a d'autre part confirmé que les troupes de Justin Trudeau étaient opposées au projet de Northern Gateway.

Dans sa lettre de mandat rédigée par M. Trudeau, M. Carr a pour mission de passer «immédiatement» en revue le processus d'évaluation environnementale. Il doit également «moderniser l'Office national de l'énergie», pour y représenter les points de vue des régions et y assurer une expertise suffisante, notamment au plan de science.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer