L'expédition visant à nettoyer le Pacifique reprend la mer

The Ocean Cleanup espère mettre à l'essai une... (PHOTO AP)

Agrandir

The Ocean Cleanup espère mettre à l'essai une barrière flottante de 1,6 kilomètre de long qui collectera les déchets près du Japon.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Olga R. Rodriguez
Associated Press
San Francisco

Les scientifiques et bénévoles du projet The Ocean Cleanup étaient de retour au port de San Francisco dimanche, après avoir passé un mois à amasser des données sur la quantité de déchets de plastique flottant sur l'océan Pacifique.

À bord de 30 bateaux, des équipes de bénévoles ont mesuré la taille et cartographié l'emplacement des tonnes de plastique flottant entre la côte Ouest et Hawaï.

Ils ont notamment constaté qu'il y avait plus de déchets de moyenne et grande taille, ce qui confirme l'urgence de nettoyer les eaux avant qu'ils ne se brisent en plus petits morceaux, a fait valoir Boyan Slat, qui a conçu une technologie pour nettoyer les océans. Il devrait pouvoir commencer d'ici 2020.

M. Slat est un jeune entrepreneur de 21 ans des Pays-Bas, qui a également fondé l'organisme The Ocean Cleanup.

Un bateau transportant des filets à pêche, des seaux, des bouées et des bouteilles, accompagné de deux voiliers, ont accosté aux quais 30 et 32 du port de San Francisco. Ils étaient partis depuis 30 jours dans le cadre de la «Méga expédition», une étape importante dans le nettoyage de ce qui est surnommé le «vortex de déchets» du Pacifique.

The Ocean Cleanup publiera un rapport de ses conclusions d'ici la mi-2016. L'organisme espère ensuite mettre à l'essai une barrière flottante de 1,6 kilomètre de long qui collectera les déchets près du Japon. Le but ultime est de construire une barrière de 100 kilomètre au milieu du Pacifique.

L'idée de nettoyer les océans est venue à Boyan Slat lorsqu'il plongeait dans la mer Méditerranée, il y a cinq ans. «J'ai réalisé qu'il y avait plus de sacs de plastique que de poissons et je me suis demandé pourquoi on ne pouvait pas nettoyer ça», s'est-il souvenu.

Il a délaissé l'université après six mois et s'est consacré à son projet: concevoir une technologie pour rassembler et emprisonner les déchets. Il a imaginé des barrières flottantes attachées au fond de l'océan qui captent les déchets transportés par les courants marins à la surface. Les courants et la faune aquatique passeront en dessous.

En 2012, après une conférence Ted Talk visionnée plus de deux millions de fois, M. Slat a lancé une campagne de sociofinancement. Il a réussi à amasser deux millions d'euros pour démarrer son entreprise. Rapidement, son projet innovateur a retenu l'attention d'importants philanthropes en Europe et en Californie, dont celle du président de Salesforce.com, Marc Benioff, qui ont financé les opérations de recherche et développement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer