France: la pollution de l'air coûterait 140 milliards $ par an

La pollution de l'air coûterait plus de 100 milliards d'euros (140 milliards de... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

La pollution de l'air coûterait plus de 100 milliards d'euros (140 milliards de dollars canadiens) par an à la France, en dépenses de santé, absentéisme dans les entreprises ou baisse des rendements agricoles, selon l'évaluation d'une commission d'enquête du Sénat.

La pollution atmosphérique «n'est pas qu'une aberration sanitaire, c'est une aberration économique», indique cette commission d'enquête, présidée par Jean-François Husson, du parti de droite Les Républicains (LR) et dont la rapporteure est Leila Aïchi (Écologiste), dans son rapport Pollution de l'air: le coût de l'inaction devant être rendu public mercredi.

Elle représente «un coût majeur», une fois considéré les dépenses de santé pour prendre en charge les pathologies imputables à la pollution (particules fines, oxydes d'azote, etc.), l'impact de l'absentéisme professionnel sur la productivité des entreprises, la baisse des rendements agricoles, la perte de la biodiversité ou encore l'entretien des bâtiments dégradés.

Dans le détail, le coût sanitaire total de la pollution atmosphérique serait compris «entre 68 et 97 milliards d'euros» par an, retient le rapport (données du programme «Air pur pour l'Europe» de la Commission européenne), tandis que le coût non sanitaire est lui estimé à 4,3 milliards d'euros.

À elle seule, la pollution de l'air intérieur représente un coût de 19 milliards d'euros par an.

L'impact sur le système de santé français est, lui, estimé «a minima» à 3 milliards d'euros, relève le rapport qui inclut les dépenses pour traiter l'asthme dû à la pollution, certains cancers, ou encore les frais d'hospitalisations.

Mais le coût global «est largement sous-estimé», indique à l'AFP Leïla Aïchi, pour qui la France «est en retard» et «manque de recherches sur cette question». Les effets sanitaires de certains polluants sont ainsi mal connus, notamment "l'effet cocktail" de la présence de plusieurs polluants.

«L'air est globalement moins pollué» mais «la pollution a changé de nature», moins localisée au niveau des sites industriels et plus diffuse, via les transports, le chauffage, l'agriculture et l'air intérieur», constate le rapport.

Et la commission énumère 61 mesures plaidant pour «une véritable fiscalité écologique» et pour «compléter les normes existantes» mal définies ou ne couvrant pas tout le champ des polluants connus.

Dans les transports, elle préconise notamment l'alignement progressif jusqu'en 2020 de la fiscalité de l'essence et du diesel, et la mise en place d'une taxe sur les émissions d'azote, d'oxyde d'azote et de particules fines.

Le rapport veut également accélérer le soutien aux transports propres (véhicules hybrides et électriques, fret ferroviaire, roulage des avions).

Dans l'agriculture, la commission recommande d'étudier spécifiquement les causes de la surmortalité des agriculteurs du fait de certains types de cancers et de mieux contrôler les dispersions de polluants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer