Énergie Est menacerait l'eau potable de plus de 60 % des Manitobains

L'oléoduc Énergie Est transporterait des millions de barils... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

L'oléoduc Énergie Est transporterait des millions de barils de pétrole des sables bitumineux de l'Alberta et de la Saskatchewan vers des raffineries de l'est du pays, puis vers le port de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, afin de pouvoir l'exporter.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Chinta Puxley
La Presse Canadienne
WINNIPEG

L'oléoduc Énergie Est menacerait l'approvisionnement en eau potable de plus de 60 % des Manitobains, conclut le rapport d'une coalition opposée au projet.

Selon la Manitoba Energy Justice Coalition, une rupture de l'oléoduc projetée par TransCanada pourrait contaminer l'approvisionnement en eau potable de toute la région de Winnipeg. Un tronçon de la canalisation passerait en effet sous un aqueduc acheminant vers la capitale manitobaine l'eau du lac Shoal, situé près de l'Ontario.

L'oléoduc Énergie Est transporterait des millions de barils de pétrole des sables bitumineux de l'Alberta et de la Saskatchewan vers des raffineries de l'est du pays, puis vers le port de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, afin de pouvoir l'exporter.

Le biophysicien à la retraite Dennis LeNeveu, auteur du rapport de la coalition, écrit que le pétrole traverserait le Manitoba dans un gazoduc vieux de 40 ans reconverti au transport du pétrole. Or, soutient le rapport, ces oléoducs ont tendance à se corroder - ils se sont ainsi rompus quatre fois depuis 20 ans au Manitoba, écrit M. LeNeveu. Dans le cas de l'oléoduc Énergie Est, une telle rupture mettrait en péril tout le tracé de l'aqueduc alimentant Winnipeg en eau potable, a-t-il estimé.

Par ailleurs, d'autres localités manitobaines seraient aussi à risque, estime M. LeNeveu, car plusieurs tirent leur eau potable de rivières qui seraient traversées par l'oléoduc projeté.

Enfin, le rapport de la coalition évoque les risques de rupture et d'explosion du gazoduc situé tout près, un accident qui pourrait être aussi grave - voire plus - que la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic, qui a fait 47 morts il y a deux ans.

«Le seul panache de fumée et l'incendie pourraient nécessiter l'évacuation immédiate de toute la ville de Winnipeg si cela arrivait dans la région», conclut le rapport.

Tout déversement aurait aussi des impacts économiques majeurs pour des secteurs d'activités comme l'agriculture, la pêche commerciale et la chasse, indique M. LeNeveu.

Et dans le cas d'un déversement important, la facture du nettoyage pourrait bien être refilée à la Ville de Winnipeg et à la province, croit-on. «Winnipeg a tout à perdre et peu à gagner du passage de l'oléoduc sur son territoire», conclut-il.

La coalition Manitoba Energy Justice regroupe notamment le Conseil des Canadiens, des nations autochtones et l'organisme oecuménique Kairos.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer