L'UE pourrait réduire ses rejets de GES de 24% en 2020

L'Union européenne pourrait réduire de 24% ses émissions de gaz à effet de... (Photo SHANNON JENSEN, The New York Times)

Agrandir

Photo SHANNON JENSEN, The New York Times

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

L'Union européenne pourrait réduire de 24% ses émissions de gaz à effet de serre (GES) d'ici 2020, soit 4 points de plus que l'objectif fixé, a annoncé mardi l'Agence européenne de l'environnement (AEE).

En 2013, avec une nouvelle baisse de 1,8% depuis 2012, les émissions de GES étaient inférieures de 19,3% par rapport à l'année de référence, 1990.

«Si les mesures annoncées par les États membres sont mises en oeuvre» pour réduire les GES, «la baisse pourrait atteindre 24% en 2020», écrit l'AEE.

Cet objectif figure dans le paquet énergie-climat adopté en 2008 par l'UE pour 2020. Les deux autres visent à parvenir à 20% d'énergies renouvelables dans la consommation finale d'énergie et 20% d'efficacité énergétique - l'énergie économisée dans le bâtiment, le transport ou encore les procédés de production industriels - par rapport au niveau attendu en 2020 si rien n'était fait.

«Notre analyse montre que l'Europe est en voie d'atteindre ses objectifs de 2020», a déclaré le directeur exécutif de l'AEE, Hans Bruyninckx. «Mais il n'y a pas de place pour l'auto-satisfaction, notre rapport met également en lumière les pays et les secteurs où les progrès ont été plus lents que prévus», ajoute-t-il.

À cet égard, le transport est le seul secteur où les émissions n'ont cessé de croître (+14% par rapport à 1990), représentant 20% des émissions totales en 2013.

Concernant les énergies renouvelables, leur part était de 14,1% en 2012. «L'UE est en avance sur la trajectoire prévue pour 2020», écrit l'AEE.

Sur le plan de l'efficacité énergétique, entre 2005 et 2012, «la consommation d'énergie a diminué plus rapidement qu'il n'était nécessaire pour atteindre ses objectifs de 2020», assure le rapport, à raison d'une baisse de 1,1% par année en moyenne.

Un bémol de taille cependant : si ces bons résultats sont imputables à des politiques d'efficacité énergétique, «la crise économique a joué un rôle important dans ce résultat». En conséquence et «alors que la croissance repart graduellement, plus d'efforts sont nécessaires pour s'assurer que les objectifs de 2020 seront atteints», précise l'AEE.

Au niveau national - les grands objectifs étant répartis entre les États membres - les résultats sont plus contrastés. Neuf pays sont en voie d'atteindre «les trois 20»: Croatie, Chypre, République tchèque, Danemark, Grèce, Hongrie, Roumanie, Slovaquie et Royaume-Uni.

En revanche, Autriche, Belgique, Finlande, Irlande et Espagne ne sont pas sur la bonne trajectoire pour les réductions d'émissions de GES. De même, France, Irlande, Malte, Pays-Bas, Portugal et Espagne ne sont pas sur les bons rails en matière d'énergies renouvelables.

Les dirigeants européens ont conclu vendredi un nouvel accord sur le climat à l'horizon 2030: réduction des émissions de GES d'au moins 40%, part des énergies renouvelables à 27%, et 27% d'économies d'énergie par rapport à 1990.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer