Prix du carbone: toutes les provinces devront avoir une bourse ou une taxe

La ministre fédérale de l'Environnement, Catherine McKenna... (Adrian Wyld, La Presse Canadienne)

Agrandir

La ministre fédérale de l'Environnement, Catherine McKenna

Adrian Wyld, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexander Panetta
La Presse Canadienne
New York

Chaque province canadienne pourrait bientôt avoir une bourse du carbone ou une taxe sur le carbone.

La ministre fédérale de l'Environnement, Catherine McKenna, qui était à New York pour participer à plusieurs événements sur le climat aux Nations unies, a affirmé mercredi que ce sont les deux seuls moyens de fixer un prix sur le carbone, ce qui en fait les deux seules options disponibles pour les provinces.

Mme McKenna s'affaire actuellement à établir un prix sur le carbone à l'échelle du pays - une annonce doit suivre cet automne -, et la ministre a indiqué qu'elle avait l'intention de faire respecter des critères spécifiques.

La Colombie-Britannique et l'Alberta seraient en phase avec ces critères, avec leur taxe sur le carbone, de même que l'Ontario et le Québec, avec leur système de plafonds et d'échanges de droits d'émissions.

Qu'est-ce qui ne cadrerait pas dans les modalités du prix du carbone de la ministre McKenna? Sans nul doute les réglementations de l'industrie comme le système de captage de carbone en Saskatchewan - la province constituant la principale voix d'opposition sur la question.

Questionnée à propos du différend avec le gouvernement du premier ministre Brad Wall, la ministre fédérale a souligné que chaque province avait signé un accord pour travailler au respect des cibles de réduction des émissions de gaz à effet de serre établies par le précédent gouvernement conservateur - et que cela implique un prix sur le carbone.

«Plus de 80 % des Canadiens vivent déjà dans une administration où le carbone est tarifé et nous travaillons avec les provinces et les territoires pour que ce nombre se rapproche le plus possible de 100 %», a indiqué la ministre par communiqué, tard mercredi.

La ministre a mentionné que l'objectif ultime était d'avoir un prix du carbone supérieur à celui de la Colombie-Britannique, qui est à 30 $ la tonne. Le prix n'évolue pas actuellement en fonction de l'inflation ou de la situation de l'économie, mais cela pourrait changer, a-t-elle laissé entendre.

«Les mesures réglementaires sont importantes, a dit Mme McKenna. Mais un prix du carbone à large échelle est aussi un élément crucial.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer