Les rivières en zones agricoles se dégradent

De 19 à 27 pesticides différents ont déjà... (Photo Alain Roberge, archives La Presse)

Agrandir

De 19 à 27 pesticides différents ont déjà été détectés dans les échantillons prélevés dans la rivière Saint-Régis, qui traverse notamment Saint-Constant, sur la Rive-Sud de Montréal.

Photo Alain Roberge, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) La qualité de l'eau des rivières qui traversent des zones agricoles se dégrade, observe le Commissaire au développement durable dans son rapport annuel, déposé jeudi à l'Assemblée nationale.

Pour le commissaire Jean Cinq-Mars, des pesticides, parmi les plus susceptibles de nuire à la santé et à l'environnement se trouvent dans les rivières à des niveaux qui deviennent dangereux pour la vie aquatique. Selon les indicateurs du commissaire, la situation est «précaire ou mauvaise» pour la biodiversité des cours d'eau.

En outre, le suivi de la présence de ces pesticides dans les fruits et légumes fait par le ministère de l'Agriculture ne permet pas d'étendre les conclusions au-delà des seuls produits testés. Les normes sont rarement dépassées, convient le commissaire, mais l'impact sur la santé de la présence de plusieurs pesticides différents est peu connu.

Pour le commissaire, les mesures mises en place à l'Agriculture sont insuffisantes pour convaincre les agriculteurs d'adopter des pratiques agricoles favorables au développement durable.

Le commissaire constate aussi que l'absence de vision et d'expertise en marketing pour développer le secteur de la faune freine le développement de la chasse et de la pêche, et de leurs retombées de 900 millions de dollars et de 14 000 emplois.

Le contrôle des espèces exotiques envahissantes et la protection des espèces menacées nécessitent un meilleur encadrement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer