Espèces menacées: l'ours polaire et une espèce de monarque s'ajoutent à une liste

L'ours polaire est aussi classé dans le nouveau... (Photo archives La Presse canadienne)

Agrandir

L'ours polaire est aussi classé dans le nouveau rapport comme une espèce vulnérable, alors qu'il n'apparaissait pas sur la liste internationale de 2005.

Photo archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

L'ours polaire et une variété du papillon monarque canadien ont été ajoutés à une liste internationale d'espèces et de sous-espèces qui sont à risque de disparaître complètement de la surface de la planète.

Des monarques... (Photo Martin Chamberland, archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

Des monarques

Photo Martin Chamberland, archives La Presse

La liste en question fait partie d'un nouveau rapport du réseau NatureServe Canada dévoilé mercredi à l'occasion d'une conférence internationale sur la biodiversité à Ottawa.

Selon le document, 517 espèces et sous-espèces qui se trouvent au Canada sont menacées de disparition - certaines sont au gouffre de l'extinction et d'autres viennent tout juste d'être catégorisées comme vulnérables.

De ce lot, 213 se trouvent uniquement au Canada, ce qui rend le pays responsable de cette tâche délicate: faire en sorte qu'elles ne soient pas radiées de la planète.

L'inclusion de sous-espèces survient pour la première fois dans ce nouveau rapport de NatureServe Canada. Parmi celles-ci se trouve une variété particulière de monarque dont les populations s'établissent au Canada chaque été, après avoir visité le Mexique en hiver: elle est désormais classée comme vulnérable.

L'ours polaire est aussi classé dans le nouveau rapport comme une espèce vulnérable, alors qu'il n'apparaissait pas sur la liste internationale de 2005. Il avait toutefois déjà été ajouté à une autre liste, celle du registre canadien des espèces à risque en 2008.

Les espèces en danger représentent environ 7 % des quelque 7200 espèces canadiennes à propos desquelles on en connaît suffisamment pour les départager en sept catégories, selon le degré de risques auxquelles elles font face.

Cette proportion est toutefois petite si l'on tient compte des quelque 140 000 espèces dont on soupçonne l'existence au Canada. La moitié d'entre elles n'ont même pas été désignées par un nom à ce jour.

«Si nous ne les protégeons pas, il y a un risque élevé qu'elles puissent disparaître», a toutefois prévenu Dan Kraus, un biologiste de l'organisme sans but lucratif Conservation de la nature Canada qui a contribué à l'élaboration du rapport.

Selon ce dernier, il n'existe pas suffisamment de scientifiques disponibles pour identifier toutes les espèces en danger au pays et évaluer le degré de risques qui pèsent sur elles.

Depuis 2005, le nombre d'espèces menacées compilées par NatureServe a connu une légère baisse, passant de 354 à 333.

Le rapport de cette année-là a poussé des scientifiques à prêter davantage attention à des espèces plus méconnues, a expliqué M. Kraus, ajoutant que dans certains cas, ceux-ci ont décelé un nombre d'animaux ou d'insectes qui dépassait leurs estimations.

Dans d'autres cas, les efforts de préservation ont permis de retirer certains animaux qui figuraient sur la liste des espèces en danger. C'est notamment le cas de la baleine à bosse, qui était considérée comme vulnérable en 2005.

Au Canada, près de 17 % des cicindèles, une sorte d'insecte, sont à risque, de même que 15 % des poissons d'eau douce et de 12,5 % des mammifères.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer