L'éléphant indien perdu au Bangladesh est mort

Des tranquillisants avaient dû être administrés trois fois... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

Des tranquillisants avaient dû être administrés trois fois au moyen de fléchettes à l'animal de quatre tonnes, une femelle, pour tenter de le transporter dans un parc du Bangladesh

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Dacca

L'éléphant qui avait été séparé de son troupeau à cause des inondations en Inde et aurait parcouru 1700 km est mort mardi au Bangladesh en dépit d'une importante mobilisation pour le sauver.

Des tranquillisants avaient dû être administrés trois fois au moyen de fléchettes à l'animal de quatre tonnes, une femelle, pour tenter de le transporter dans un parc du Bangladesh, après avoir atterri en juin du mauvais côté de la frontière avec l'Inde.

Il a finalement été enchaîné dans une rizière d'un village du nord du Bangladesh et massivement réhydraté pour l'aider à retrouver des forces, mais «il était trop faible», ont affirmé des responsables.

«Il a rendu son dernier souffle vers 7h00 (21h00 hier, HE)», a déclaré à l'AFP Ashit Ranjan Paul, le plus haut responsable bangladais de la protection des espèces.

«Nous avons fait de notre mieux pour le sauver. Au moins dix gardes forestiers, vétérinaires et policiers l'ont constamment suivi ces 48 dernières heures. Mais nous avons manqué de chance», a-t-il ajouté.

M. Paul a estimé que l'éléphant avait probablement parcouru 1700 km depuis l'État d'Assam, dans le nord-est de l'Inde, après avoir été séparé de son troupeau pendant les inondations qui lui ont fait prendre la direction du Bangladesh.

Des villageois étaient parvenus à l'immobiliser jeudi en le touchant avec une fléchette tranquillisante. Celle-ci l'avait cependant rendu brusquement furieux et l'animal avait chargé en direction d'une mare.

Très fatigué, il avait échappé de peu à la noyade grâce à l'aide des villageois qui ont sauté dans l'eau pour le sauver avant qu'il ne coule.

Un cornac a par ailleurs été grièvement blessé lundi dans une autre tentative pour lui venir en aide.

Des médias locaux ont affirmé qu'une quantité excessive de tranquillisant avait tué l'animal, trop affaibli pour la tolérer.

Mais M. Paul a attribué ce décès à la fatigue de l'animal après sa longue odyssée, et affirmé que la présence de milliers de curieux autour de l'éléphant avait compliqué les opérations de sauvetage.

«Au final, un si long voyage l'avait épuisé. Cela faisait deux mois que l'éléphant était séparé de son troupeau et ne recevait pas les aliments dont il avait besoin», a-t-il dit.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer