Rainette faux-grillon: Boucherville demande l'aide d'Ottawa

Boucherville affirme que la population de rainettes faux-grillon... (Photo Lyne Bouthillier, fournie par le gouvernement du Québec)

Agrandir

Boucherville affirme que la population de rainettes faux-grillon du secteur du boisé de Boucherville est en croissance. Or, ce secteur est dans la ligne de mire d'un projet immobilier qui a obtenu un premier certificat d'autorisation du ministère québécois de l'Environnement en 2008.

Photo Lyne Bouthillier, fournie par le gouvernement du Québec

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ottawa est à nouveau invité à se mêler de protection de la biodiversité au Québec. Faute d'appuis du ministre québécois de l'Environnement, la Ville de Boucherville demande au gouvernement fédéral d'intervenir pour protéger la rainette faux-grillon, une espèce en péril.

Jean Martel, maire de Boucherville... (Photo André Pichette, Archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

Jean Martel, maire de Boucherville

Photo André Pichette, Archives La Presse

Martin Murray, maire de Saint-Bruno-de-Montarville... (Photo Sarah Mongeau-Birkett, archives La Presse) - image 1.1

Agrandir

Martin Murray, maire de Saint-Bruno-de-Montarville

Photo Sarah Mongeau-Birkett, archives La Presse

Dans une lettre obtenue par La Presse, le maire de Boucherville, Jean Martel, demande l'appui de la ministre fédérale de l'Environnement pour protéger la rainette faux-grillon menacée par un projet immobilier sur son territoire. Cette demande survient moins de deux semaines après que la ministre Catherine McKenna a annoncé un décret d'urgence pour protéger l'espèce à La Prairie, en Montérégie.

Le maire Martel ne va pas jusqu'à demander un décret d'urgence, mais il dit souhaiter « développer un accord de conservation en vertu des articles 11 et 13 de la Loi sur les espèces en péril en collaboration avec le gouvernement fédéral et une organisation non gouvernementale afin d'assurer une gestion durable des territoires à protéger ».

Le maire dit avoir tenté sans succès une première approche auprès du ministre québécois de l'Environnement. 

Jean Martel affirme que la population de rainettes faux-grillon du secteur du boisé de Boucherville est en croissance, contrairement aux autres populations restantes en Montérégie. Or, le secteur est aussi dans la ligne de mire d'un projet immobilier qui a obtenu un premier certificat d'autorisation du ministère québécois de l'Environnement en 2008. Le maire dit que la ville pourrait racheter des terrains si le fédéral souhaite participer au financement d'une telle opération.

Au moment d'annoncer un décret d'urgence à La Prairie, le 22 juin dernier, la ministre McKenna avait souligné que la rainette faux-grillon était vouée à disparaître d'ici 2030 en Montérégie si rien n'était fait d'ici là.

UN DÉCRET D'URGENCE POUR UNE PLANTE RARE ?

Par ailleurs, il pourrait bien y avoir à l'avenir d'autres interventions du fédéral pour protéger la biodiversité au Québec, selon le maire de Saint-Bruno, Martin Murray.

« La décision du fédéral [le décret d'urgence], c'est une grosse tape sur les doigts pour le gouvernement du Québec. »

Le maire Murray dit avoir tenté de rencontrer le ministre Heurtel plus d'une fois pour lui parler du projet immobilier du sénateur Paul Massicotte dans le bois des Hirondelles, à Saint-Bruno-de-Montarville. Le projet, qui menace une plante rare, le ginseng à cinq folioles, n'a pas encore obtenu l'autorisation finale du Ministère.

Si Québec autorisait le projet, M. Murray est convaincu qu'Ottawa serait appelé à intervenir avec un décret d'urgence. « Saint-Bruno pourrait le demander, mais je ne pense pas qu'on aurait besoin de le faire nous-mêmes. Nous avons beaucoup d'appuis des groupes environnementaux dans ce dossier. »

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer