Un rare faucon albinos sauvé d'un trafic d'oeufs

Le faucon pèlerin albinos, qui vit entre le... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

Le faucon pèlerin albinos, qui vit entre le Chili et l'Argentine en Patagonie, doit son plumage blanc à une mutation génétique, et «un de ces oeufs peut être vendu 20 000 $» sur le marché noir.

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
SANTIAGO DU CHILI

Un poussin de faucon pèlerin albinos, une espèce rare qui vit en Patagonie, a été sauvé d'un trafic international qui destinait des oeufs volés dans les montagnes chiliennes à Dubaï, où ils peuvent atteindre les 20 000 $.

Après une dénonciation anonyme, une opération policière digne d'un film d'action et qui s'est déroulée ces derniers mois entre le Chili et le Brésil a permis d'arrêter le trafiquant, l'Irlandais Jeffrey Lendrum.

Interpellé le 22 octobre à l'aéroport de Sao Paolo, il avait en sa possession quatre oeufs de cette espèce rare dans une couveuse automatique.

Le faucon pèlerin albinos, qui vit entre le Chili et l'Argentine en Patagonie, doit son plumage blanc à une mutation génétique, a expliqué à l'AFP Rafael Asenjo, un responsable du service de protection des animaux chiliens (SAG), et «un de ces oeufs peut être vendu 20 000 $» sur le marché noir.

Ces oiseaux, surnommés par certains les «guépards du ciel», foncent sur leurs proies en piqué, et peuvent atteindre les 385 km/h.

Le trafiquant a été condamné le 17 décembre à quatre ans et demi de prison.

Les autorités brésiliennes et chiliennes ont mis en place une opération délicate pour rapatrier les oeufs.

«Il fallait les rapatrier rapidement, avant l'éclosion pour éviter leur contact avec des humains, ce qui aurait nui à leur réinsertion dans leur habitat naturel», a expliqué Rafael Asenjo.

Après ce long voyage, seul un des quatre oeufs saisis a éclos. Le poussin a d'abord été placé dans un élevage de rapaces à Santiago, au sein même du nid d'un couple de faucons pèlerins qui l'ont adopté.

Trois semaines plus tard, l'oiseau a été réintroduit dans son habitat naturel, la Patagonie, donnant lieu à une nouvelle opération compliquée : le 22 décembre, deux alpinistes ont déposé le poussin sur un nid, déjà occupé par d'autres petits, à flanc de montagne, à 30 mètres d'altitude.

«Quand nous sommes partis, la mère est revenue au nid, a alimenté le poussin et l'a entouré de ses ailes, ce qui indique qu'il avait été accepté dans le nid», se félicite M. Asenjo, précisant que le personnel du SAG allait continuer à surveiller le poussin pendant encore quelque temps.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer