RDC: trois fonctionnaires tués pour avoir tenté de protéger des éléphants

En juin 2014, African Parks et l'ICCN avaient... (PHOTO ARCHIVES AFRICAN PARKS/AP)

Agrandir

En juin 2014, African Parks et l'ICCN avaient lancé un cri d'alerte contre «le massacre des éléphants du parc». Ci-dessus, trois gardes du parc observent trois éléphants tués par des braconniers, en mai 2014.

PHOTO ARCHIVES AFRICAN PARKS/AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
KINSHASA

Trois fonctionnaires affectés à la surveillance du parc national de la Garamba ont été tués par des braconniers dans cette réserve naturelle du nord-est de la République démocratique du Congo où les éléphants sont particulièrement menacés, ont annoncé vendredi les gestionnaires du parc.

Les trois hommes, un garde de l'Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) ainsi qu'un lieutenant et un soldat des Forces armées de la RDC (FARDC), sont tombés jeudi «dans une embuscade tendue par des braconniers lourdement armés, vraisemblablement sud-soudanais», après avoir été envoyés pour prêter main-forte à une autre équipe contre ce groupe, indique un communiqué du réseau African Parks, qui gère le parc de la Garamba de concert avec l'ICCN.

Classée au patrimoine mondial de l'humanité, la Garamba est située dans l'extrême nord-est de la RDC, à la lisière du Soudan du Sud et près de l'Ouganda, dans une région enclavée et instable du fait de la présence de rebelles ougandais de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA).

En juin 2014, African Parks et l'ICCN avaient lancé un cri d'alerte contre «le massacre des éléphants du parc», sous le coup d'attaques de rebelles de la LRA, de groupes armés du Soudan du Sud, de déserteurs de l'armée congolaise et d'autres braconniers, alors même que s'intensifiaient les efforts contre ces activités criminelles.

Les gestionnaires du parc indiquaient à l'époque que 68 éléphants (soit environ 4 % de la population du parc) avaient été tués en deux mois.

Fin mars, alors même que s'ouvrait au Botswana une conférence internationale pour tenter de sauver l'éléphant d'Afrique, African Parks annonçait que pas moins de trente éléphants avaient été tués dans la Garamba en moins de deux semaines.

Selon les experts réunis à cette conférence, l'existence de l'éléphant d'Afrique à l'état sauvage est menacée à court terme par l'explosion du braconnage, alimenté par la demande d'ivoire en Asie et au Moyen-Orient, et la destruction de son habitat.

Comme les quatre autres réserves naturelles de la RDC classées par l'UNESCO, la Garamba figure sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité en péril depuis la dernière décennie du XXe siècle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer