Un perroquet, originaire d'Amérique du sud, menacé de disparition

L'étude a montré qu'il ne reste que quelque... (PHOTO MARIA LUIZA, AFP)

Agrandir

L'étude a montré qu'il ne reste que quelque 3000 spécimens d'Amazone vineuse - Amazona vinacea de son nom scientifique - dans le monde, la plupart au sud du Brésil.

PHOTO MARIA LUIZA, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
CURITIBA

L'Amazone vineuse, un perroquet à la poitrine violette originaire du Brésil, d'Argentine et du Paraguay est en «grave danger» d'extinction à cause de la réduction de son habitat, affirme une étude rendue publique mardi.

Réalisée dans ces trois pays d'Amérique du Sud, l'étude a montré qu'il ne reste que quelque 3000 spécimens d'Amazone vineuse - Amazona vinacea de son nom scientifique - dans le monde, la plupart au sud du Brésil.

Selon le projet Charao, qui a pris fin en mai et a été réalisé par des universités et instituts des trois pays, 91% des Amazones vineuses, aussi appelées bourgogne, se trouvent au Brésil (soit 2857 oiseaux), 143 en Argentine et 133 au Paraguay.

Ces perroquets vivent essentiellement dans la forêt atlantique de Santa Catarina (sud du Brésil), dans le sud-est du Paraguay et la région de Misiones, et dans le nord-est de l'Argentine.

Au Brésil, le territoire «naturel» de ce perroquet a été «réduit à 8% de sa taille originale», selon un communiqué de la Fondation du groupe Boticario qui a financé l'étude.

Depuis 2012, le perroquet est classé «en danger» d'extinction par l'Union internationale pour la conservation de la nature, mais «il n'y avait pas d'informations fiables sur la réelle dimension de sa population actuelle ni sur sa distribution exacte», précise le communiqué.

La population de cette espèce est 25% inférieure aux estimations qui avaient été faites, a averti Malu Nunes, directrice de la Fondation Boticario, pour qui ce perroquet devrait être classé «en danger critique» d'extinction.

Des campagnes contre la commercialisation des perroquets (déjà interdite au Brésil si elle ne provient pas d'élevages) vont être réalisées et des actions mises en oeuvre telles que l'installation de nids dans la forêt pour augmenter les possibilités de reproduction.

Le groupe Boticario, qui produit notamment des cosmétiques et parfums, a créé en 1990 sa fondation privée pour la conservation de la nature.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer