Mozambique: saisie record d'ivoire et de cornes de rhinocéros

La saisie comprend notamment 340 défenses d'éléphant.... (PHOTO SAKCHAI LALIT, AP)

Agrandir

La saisie comprend notamment 340 défenses d'éléphant.

PHOTO SAKCHAI LALIT, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
MAPUTO

La police mozambicaine a saisi près de 1,3 tonne d'ivoire et de cornes de rhinocéros à Maputo lors d'une opération au cours de laquelle un Chinois a été arrêté, a rapporté jeudi l'agence de presse mozambicaine AIM.

La saisie comprend 340 défenses d'éléphant, pesant 1160 kilos, et 65 cornes de rhinocéros, pesant 124 kilos, ce qui correspond au massacre de 235 animaux, a indiqué le porte-parole de la police Emildo Mabunda, selon l'Agence d'informations du Mozambique (AIM).

Il s'agit de la plus grosse saisie jamais réalisée au Mozambique, d'une valeur de plus de 6,3 millions de dollars, selon la même source.

Au cours de son opération menée mardi soir à Matola dans la banlieue de Maputo, la police a arrêté un ressortissant chinois, dont l'identité n'a pas été révélée. D'après la police, les criminels s'apprêtaient à faire sortir l'ivoire et les cornes du pays.

«Certaines des défenses d'éléphant avaient toujours du sang frais, un signe que les animaux ont été tués récemment», a relevé M. Mabunda, cité par l'AIM.

La police locale ne pouvait être jointe directement jeudi à la mi-journée.

Les cornes de rhinocéros proviennent vraisemblablement d'Afrique du Sud, l'espèce étant éteinte au sud du Mozambique. Le parc national Kruger, situé de l'autre côté de la frontière tout près de Maputo, est particulièrement touché par le braconnage, en constante augmentation depuis 2008.

Quant aux défenses d'éléphant, elles peuvent venir aussi bien d'Afrique du Sud que du Mozambique ou d'ailleurs en Afrique.

Les cornes de rhinocéros - composées de kératine, comme les ongles humains -, et les défenses d'éléphant sont très prisées en Asie, l'ivoire étant sculpté en statuettes et en bijoux tandis que les cornes finissent dans des remèdes traditionnels. Ce trafic illicite et la progression du braconnage en Afrique font désormais craindre pour la survie des espèces.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer