Le commerce des ours polaires ne sera pas interdit

On retrouverait entre 20 000 et 28 000 ours polaires... (PHOTO CHRIS YOUNG, ARchives PC)

Agrandir

On retrouverait entre 20 000 et 28 000 ours polaires à travers le monde, dont les deux tiers en sol canadien.

PHOTO CHRIS YOUNG, ARchives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Bangkok

La suggestion des États-Unis d'interdire le commerce transfrontalier des ours polaires et des produits dérivés a mordu la poussière jeudi, à l'occasion d'une rencontre environnementale internationale.

 

 

Les représentants des États-Unis et de la Russie souhaitaient que les peaux d'ours polaires, les têtes et les autres produits dérivés de leur chasse se retrouvent dans la même catégorie que l'ivoire des éléphants africains.

Réunis à Bangkok, en Thaïlande, les délégués à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), dont ceux du Canada, ont toutefois refusé d'appuyer cette idée. Seulement 38 délégués ont voté en faveur de la suggestion, contre 42 qui ont voté contre et 46 qui se sont abstenus.

On retrouverait entre 20 000 et 28 000 ours polaires à travers le monde, dont les deux tiers en sol canadien.

Les États-Unis affirment que les changements climatiques menacent l'habitat des ours polaires et que des mesures anticipées sont nécessaires pour les protéger.

Le Canada, l'Union européenne et la Norvège s'étaient notamment opposés à cette mesure. Le Canada avait fait valoir qu'un interdit commercial ne réduirait pas le nombre d'ours abattus lors de chasses traditionnelles ou sportives.

Le rejet de la mesure a aussi été applaudi par les Inuits, qui affirment que le Canada assure la protection des ours polaires en encadrant soigneusement leur chasse. Ils ont ajouté qu'un interdit aurait menacé leur mode de vie traditionnel et leur survie.

Les militants environnementaux ont lancé qu'une occasion de protéger les ours polaires canadiens vient d'être gaspillée. Ils affirment que les populations d'ours ne sont pas aussi en santé que le prétend le Canada. Une scientifique russe a elle aussi évoqué des populations en déclin.

Les autorités américaines affirment que 3200 produits dérivés de la chasse des ours polaires sont exportés chaque année à travers le monde. Une peau d'ours se vend, en moyenne, entre 2000 $ et 5000 $, mais les plus beaux spécimens peuvent valoir jusqu'à 12 000 $ US.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer