Trudeau apporte de nouveau son soutien au projet Trans Mountain

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau... (PHOTO Darryl Dyck, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau

PHOTO Darryl Dyck, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
SURREY, C.-B.

Le premier ministre Justin Trudeau soutient qu'il travaillera de pair avec la Colombie-Britannique et l'Alberta pour aller de l'avant avec l'engagement de son gouvernement de créer des emplois tout en effectuant la transition vers une économie qui affiche une faible production de carbone.

M. Trudeau a été interrogé, vendredi, au sujet de la possibilité que la Colombie-Britannique se retrouve avec un gouvernement qui s'oppose à l'expansion de l'oléoduc Trans Mountain. Il a laissé entendre que les néo-démocrates de la province de l'Ouest et les verts, qui s'opposent au projet, ont tort d'adopter une telle position.

Le premier ministre a fait valoir, au cours d'un événement à Surrey, que les «Canadiens comprennent (la nécessité) de protéger l'environnement tout en bâtissant, en même temps, une meilleure économie».

Il a ajouté que «quiconque propose un faux choix autour (de cette question) a tort».

Les résultats finaux des récentes élections en Colombie-Britannique - incluant les abstentions - devraient être annoncés la semaine prochaine une fois que le dépouillement sera terminé. Les verts se positionnent pour rafler la balance du pouvoir si l'élection d'un gouvernement minoritaire est confirmée.

Selon les informations relatives au dépouillement annoncées le 9 mai, les libéraux en faveur du projet d'oléoduc détenaient 43 sièges, passant ainsi près de rallier les 44 nécessaires pour détenir une majorité. Le NPD emportait de son côté 41 sièges et le Parti vert, trois.

Le leader du NPD, John Horgan, s'est engagé à avoir recours à «tout outil de sa boîte à outils» pour empêcher l'expansion de Trans Mountain. Il n'a toutefois pas détaillé quels sont les moyens qu'il entend concrètement utiliser.

La première ministre de l'Alberta, Rachel Notley, a quant à elle affirmé qu'aucune province n'a le pouvoir de stopper le projet de Kinder Morgan.

M. Trudeau n'a pas directement répondu lorsqu'il a été appelé à commenter si Mme Notley disait vrai. Il a toutefois dit qu'il avait une relation positive avec les provinces et qu'il avait l'intention de travailler de façon constructive avec celles-ci.

Le premier ministre était à Surrey pour faire la promotion de son programme d'Allocation canadienne pour enfants.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer