Les pays émergents, pros dans le développement des énergies renouvelables

La Chine a installé le plus de capacités... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La Chine a installé le plus de capacités renouvelables en 2013, en partie parce qu'il est le plus important fabricant au monde d'équipements solaires et éoliens.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Énergies vertes

Environnement

Énergies vertes

Découvrez des sources d'énergies vertes. »

Agence France-Presse
PARIS

Les pays émergents, comme la Chine, l'Inde ou l'Afrique du Sud, misent de plus en plus sur les énergies renouvelables, au point que ce secteur s'y est développé plus fortement ces cinq dernières années que dans les pays développés, selon une étude publiée mardi par Bloomberg New Energy Finance (BNEF).

Dans les 55 pays étudiés par BNEF pour son «Climatescope 2014», 142 gigawatts (GW) de nouvelles capacités d'énergies renouvelables (solaire, éolien, géothermie, biomasse, petite hydroélectricité) ont été installés entre 2005 et 2010, soit une croissance moyenne annuelle de 18,8% (hors grande hydroélectricité).

Les pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) ont certes eux installé 213 GW de nouvelles capacités, mais cela représente une croissance de 12,8% par an en moyenne.

Et pour la seule année 2013, les pays émergents étudiés ont installé presque autant de nouvelles capacités renouvelables (37 GW) que les pays de l'OCDE (43 GW).

«Pendant longtemps, il était globalement admis que seuls les pays les plus riches avaient les moyens de bénéficier de sources d'énergie bas-carbone (...). Mais les technologies des énergies propres ne sont plus hors d'accès des pays en développement», note ainsi BNEF.

Au contraire, le fait que dans ces pays les populations dépendent pour beaucoup de groupes électrogènes diesel au coût très élevé pour produire leur électricité «rend l'argument économique en faveur de sources d'électricité alternatives souvent très pertinent».

D'autant que les projets renouvelables mettent beaucoup moins de temps à voir le jour que des grands barrages par exemple. «Des projets éoliens peuvent sortir de terre en deux à trois ans, des projets photovoltaïques de taille industrielle construits en moins de six mois et des panneaux solaires installés sur des toits en un jour ou moins», avance BNEF.

Parmi ces pays émergents, la Chine arrive en tête de ce classement qui évalue, outre les capacités installées, l'attractivité des pays pour les investissements dans les renouvelables.

Le géant asiatique a installé le plus de capacités renouvelables en 2013, en partie parce qu'il est le plus important fabricant au monde d'équipements solaires et éoliens et a fait d'importants efforts pour améliorer son cadre réglementaire, selon BNEF.

Le Brésil arrive en deuxième position grâce a des «mesures énergiques» notamment le lancement d'une série d'appels d'offres organisés par l'État pour l'installation de nouvelles puissances.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer