GES: Québec renonce au système de redevance-remise pour l'auto

Les efforts déployés jusqu'à présent n'ont pas permis... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Les efforts déployés jusqu'à présent n'ont pas permis à Québec d'atteindre ses objectifs. Les émissions du secteur du transport ont notamment augmenté de 20% depuis 1990.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La ministre de l'Environnement, Isabelle Melançon, n'envisage pas de mettre en place un système de redevance-remise (bonus-malus) pour le secteur automobile au Québec. Une décision critiquée par les groupes environnementaux.

La ministre a présenté ce matin le  bilan de mi-parcours du Plan d'action 2013-2020 sur les changements climatiques. Le rapport propose des mesures plus sévères pour atteindre les objectifs de la province pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES). 

Les efforts déployés jusqu'à présent n'ont pas permis à Québec d'atteindre ses objectifs. Les émissions du secteur du transport ont notamment augmenté de 20% depuis 1990.

Le rapport propose entre autres un système de redevance-remise (bonus-malus), qui aurait pour effet de taxer les véhicules polluants et subventionner les voitures à faible émission.

«On en est pas là, affirme la ministre Melancon. On a du travail à faire au niveau gouvernemental avant de faire ça.»

Si aucune annonce concrète n'a a été faite ce matin, la ministre reconnaît néanmoins que Québec «doit redresse le tir». «On veut accélérer certaines mesures. Nous devons faire plus, nous devons faire mieux [pour réduire les GES]».

Patrick Bonin, porte-parole de Greenpeace, se dit complètement déstabilisé par l'immobilisme du gouvernement du Québec. « Avec un tel constat d'échec, on n'est plus au temps des excuses. C'est clair que ce gouvernement ne veut pas mettre en place un système de bonus-malus pour ne pas déplaire à l'électorat. C'est une mauvaise décision politique et climatique. »

Pour Normand Mousseau, professeur de physique et auteur du livre Gagner la guerre du climat, le gouvernement « navigue à l'aveuglette ». « On se donne des cibles ambitieuses, mais aucun moyen pour les atteindre. Tout ce qu'on entend, c'est une série de voeux pieux. »

M. Mousseau ne croit pas à la formule de bonus-malus, mais serait favorable à un « malus », soit une taxe sur les véhicules plus énergivores.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Cibler la voiture pour réduire les GES

    Climat

    Cibler la voiture pour réduire les GES

    Ses efforts de réduction gaz à effet de serre (GES) ayant produit des résultats insuffisants, le Québec doit envisager des mesures plus sévères, dont... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer