Climat: manifestation contre le réchauffement planétaire

La rencontre à Bonn réunit des délégués de... (Photo Roland Weihrauch, AP)

Agrandir

La rencontre à Bonn réunit des délégués de 200 pays. Les manifestants veulent leur rappeler l'importance de mettre un terme aux énergies fossiles, notamment le charbon.

Photo Roland Weihrauch, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Bonn

Des milliers de personnes manifestaient samedi à Bonn pour réclamer des actions plus fortes contre le réchauffement mondial, à commencer par la fin du charbon, deux jours avant l'ouverture de la conférence climat de l'ONU, a constaté une journaliste de l'AFP.

«Oui à la justice climatique, non au charbon!» Les manifestants ont commencé à défiler dans le centre de l'ancienne capitale fédérale allemande, en direction des abords du site où se tiendra la COP23, au bord du Rhin.

«Il faut tirer un trait sur le charbon», énergie fossile la plus nocive de toutes, réclamaient les marcheurs, une foule de tous âges venue à l'appel d'une centaine d'organisations comme Oxfam, le WWF, Greenpeace.

L'accord de Paris contre le réchauffement adopté fin 2015 par la communauté internationale, est «une lueur d'espoir. Mais les gouvernements ne font pas assez pour mettre un terme à la crise climatique», soulignent les organisateurs, quelques jours après la publication d'un rapport alarmant de l'ONU sur ce sujet.

«S'attaquer au changement climatique implique de sortir rapidement des énergies fossiles, notamment du charbon, et un soutien suffisant aux pays pauvres», disent-ils encore.

Dans la foule hérissée de ballons verts et noirs, Sabine, une mère de famille venue de Cologne, non loin de Bonn, avec ses filles de 8 et 17 ans: «nous voulons sauver la planète. Être ici c'est la seule chose que nous pouvons faire. Je ne sais pas si nous pouvons changer les choses, mais nous devons essayer».

«Ma vie à moi est bientôt terminée, mais il faut penser aux enfants», disait pour sa part Sabina Jaeger, médecin de 59 ans, qui a fait trois heures de train.

«Soyez des héros du climat!», «crise climatique, crise alimentaire», proclamaient des pancartes.

La manifestation visait aussi la politique énergétique de l'Allemagne, hôte d'une conférence qui, pour la première fois, sera présidée par un petit État insulaire, Fidji, comptant parmi les zones les plus menacées par le réchauffement. Un rassemblement est prévu dimanche devant une mine de lignite proche de Bonn.

La planète connaît un réchauffement d'une rapidité inédite. Quelque trois quarts des émissions de gaz à effet de serre sont attribués à la combustion des énergies fossiles - pétrole, gaz, charbon. Le charbon reste la principale source de production d'électricité dans le monde.

Les délégués de quelque 200 pays, dont les États-Unis qui ont annoncé leur retrait, seront réunis jusqu'au 17 novembre.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer