Le combat climatique va continuer, assure le négociateur américain

« Les chefs d'État peuvent changer, et vont changer,... (photo ambassade des états-unis au maroc/twitter)

Agrandir

« Les chefs d'État peuvent changer, et vont changer, mais je suis sûr que nous pouvons maintenir et que nous maintiendrons un effort international durable pour contrer le changement climatique », a dit le négociateur américain Jonathan Pershing au cours d'une conférence de presse à Marrakech.

photo ambassade des états-unis au maroc/twitter

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Changements climatiques

Environnement

Changements climatiques

Tout sur les changements climatiques »

Agence France-Presse
MARRAKECH

Le combat contre le réchauffement climatique va se poursuivre, quels que soient les gouvernants, a assuré lundi à la conférence sur le climat de Marrakech (COP22) le négociateur américain Jonathan Pershing, près d'une semaine après l'élection du républicain Donald Trump à la Maison-Blanche.

« Les chefs d'État peuvent changer, et vont changer, mais je suis sûr que nous pouvons maintenir et que nous maintiendrons un effort international durable pour contrer le changement climatique », a-t-il dit au cours d'une conférence de presse.

« C'était un effort mondial qui avait rendu l'accord possible (à Paris fin 2015) et la passion et l'engagement qui l'ont permis étaient de nouveau évidents à la COP22 » à Marrakech, a-t-il déclaré.

M. Pershing a dit ignorer quand l'équipe chargée par Donald Trump d'assurer la transition dans les prochaines semaines, allait arriver, et qui la composerait.

« Ce que je sais en revanche, c'est (...) la puissance de ce mouvement et l'élan énorme créé à Paris et renforcé au cours de cette année », a-t-il ajouté : « les parties sont profondément investies et veulent voir ce travail porter ses fruits ».

L'accord est entré en vigueur le 4 novembre, a-t-il aussi souligné : « La question n'est plus de savoir si l'on accélère la mise en oeuvre de l'accord, mais plutôt de savoir quand et comment ».

Le secrétaire d'État américain John Kerry est attendu mardi et mercredi, à Marrakech, où il aura des entretiens bilatéraux et fera « un discours soulignant l'urgence de l'action climatique », a déclaré M. Pershing, rappelant les dommages également subis par les États-Unis (ouragan Sandy dans le nord-est, inondations en Louisiane ou sécheresse dans l'ouest).

La 22e conférence sur le climat de l'ONU accueille à partir de mardi une cinquantaine de chefs d'État ou de gouvernement, mais aussi des dizaines de ministres représentant quelque 190 États.

Intervenant lundi au cours d'une conférence à la COP22, le ministre chinois et négociateur climat Xie Zhenhua, a de nouveau rappelé l'engagement climatique de son pays.

« Répondre au défi du changement climatique est notre responsabilité commune et partagée », a-t-il dit devant un parterre incluant de hauts responsables américains, dont le secrétaire à l'Énergie Ernest Moniz.

Les représentants de la communauté internationale sont réunis à Marrakech depuis le 7 novembre et jusqu'à vendredi, pour tenter d'avancer sur les règles de mise en oeuvre de l'accord de Paris contre le réchauffement.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer