Des typhons de plus en plus violents en Asie

Le passage d'un typhon a causé beaucoup de... (Tokachi Mainichi, archives AFP)

Agrandir

Le passage d'un typhon a causé beaucoup de dommages dans le nord du Japon, la semaine dernière.

Tokachi Mainichi, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Le changement climatique devrait encore accroître la violence des typhons sur la Chine, Taïwan, le Japon et les deux Corées, selon une étude parue lundi, qui montre déjà une intensification de ces phénomènes du fait du réchauffement de l'océan.

« Ces 37 dernières années, les typhons ayant frappé l'est et le sud-est de l'Asie ont gagné 12 à 15 % d'intensité », écrivent les auteurs dans la revue Nature Geoscience. Une intensification liée au réchauffement localisé de la surface de l'Atlantique aux abords de ces régions, un réchauffement peut-être déjà dû au bouleversement du climat.

Sur cette période, la proportion des tempêtes de catégories maximales (4 et 5) a plus que doublé, ajoute l'étude.

Or, si l'homme continue de dérégler le climat via les émissions de gaz à effet de serre, les eaux océaniques vont continuer de se réchauffer. Ce qui « laisse entendre que les typhons frappant l'est de la Chine, Taïwan, la Corée et le Japon vont s'intensifier encore », écrivent Wei Mei et Shang-Ping Xie, de l'Université de Californie-San Diego et de l'Université de Caroline du Nord.

« Au vu des dommages disproportionnés générés par les gros typhons, cela veut dire une menace accrue pour les populations et les biens dans ces régions », ajoutent-ils.

Dans le même temps, la population croît rapidement dans ces secteurs côtiers, et le niveau de la mer monte, relèvent-ils.

En revanche, ces dernières années, les typhons restés au large, eux, ont peu changé, ont constaté les chercheurs.

La communauté internationale a conclu à Paris en décembre un pacte sous l'égide de l'ONU visant à limiter le réchauffement planétaire, prometteur d'événements météorologiques extrêmes, fonte des glaciers, sécheresses accrues, etc.

Pour cela, il faudra réduire drastiquement l'usage d'énergies fossiles (gaz, pétrole, charbon), largement responsables des émissions à l'origine de cette situation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer