Les émissions de GES pourraient encore augmenter cette année

Catherine McKenna... (PHOTO ADRIAN WYLD, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Catherine McKenna

PHOTO ADRIAN WYLD, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Changements climatiques

Environnement

Changements climatiques

Tout sur les changements climatiques »

Fannie Olivier
La Presse Canadienne
Ottawa

Les émissions de gaz à effet de serre pourraient bien grimper encore cette année au Canada, admet la ministre de l'Environnement, Catherine McKenna.

À la sortie d'une rencontre de comité, elle a signalé que les mesures de réduction des GES mises de l'avant par le gouvernement libéral auront surtout des effets à long terme.

Dans un avenir rapproché, plusieurs facteurs pourront influencer les émissions, à commencer par l'état du marché, a noté la ministre.

Lundi, un nouveau rapport gouvernemental indiquait que les émissions de GES avaient continué d'augmenter au Canada en 2014, avec une hausse de 20% par rapport au niveau de 1990. Les secteurs du pétrole, du gaz et des mines sont les principaux responsables de cette croissance.

Mme McKenna a insisté sur le fait que son rôle est d'élaborer «un plan pour atteindre ou surpasser notre cible de 2030». Le Canada s'est engagé à réduire de 30% ses émissions de GES d'ici 2030, par rapport aux niveaux de 2005.

Pour le néo-démocrate Nathan Cullen, le gouvernement de Justin Trudeau n'agit pas assez vite dans le dossier. En comité, il a demandé à Mme McKenna quand pouvait-on s'attendre à voir les émissions de GES diminuer. La ministre n'a pas pu répondre précisément, indiquant qu'elle espérait que ce soit aussitôt que possible.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer