Un audit national des GES en 2017

Julie Gelfand, commissaire à l'environnement et au développement durable.... (Photo Chris Wattie, ARCHIVES Reuters)

Agrandir

Julie Gelfand, commissaire à l'environnement et au développement durable.

Photo Chris Wattie, ARCHIVES Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Changements climatiques

Environnement

Changements climatiques

Tout sur les changements climatiques »

Bruce Cheadle
La Presse Canadienne
Ottawa

Le vérificateur général du Canada et ceux des provinces vont joindre leurs forces pour créer le premier audit national sur les mesures prises pour contrer les changements climatiques, affirme la commissaire fédérale à l'environnement et au développement durable.

Julie Gelfand a déclaré à un comité sénatorial, jeudi, que l'analyse serait terminée en 2017 et que les vérificateurs espéraient refaire ensuite l'exercice tous les trois ou quatre ans, alors que le Canada s'attaque à la réduction des gaz à effet de serre (GES).

Mme Gelfand affirme qu'il s'agit de la première fois, peu importe le sujet, que les vérificateurs provinciaux et fédéral unissent leurs forces pour créer un audit national commun.

«Nous en sommes tous aux étapes de planification de cet audit collaboratif», a précisé Mme Gelfand lors d'une entrevue accordée à La Presse Canadienne.

Il y a une variété de paramètres dans le domaine des changements climatiques qui pourraient être examinés, dit-elle, et les vérificateurs tentent de déterminer «quelles sont les questions minimales que nous allons demander à tous les gouvernements provinciaux».

L'exercice n'a pas pour but de mesurer la quantité totale d'émissions de GES, dit Mme Gelfand, mais plutôt comment les différentes juridictions réussissent à respecter leurs engagements politiques, incluant les cibles d'émissions.

Il existe une norme nationale dont se servent les provinces pour évaluer leurs propres émissions et cette information est compilée par Environnement Canada pour satisfaire aux exigences de rapports de l'ONU.

La trajectoire actuelle pour les émissions de GES montre que le pays est loin d'atteindre ses cibles de réduction pour 2020 ou même pour 2030.

Le premier ministre Justin Trudeau va rencontrer à Vancouver les premiers ministres des provinces, lors de la première semaine de mars, afin d'élaborer un cadre national pour combattre les changements climatiques.

Les provinces et les territoires détiennent de nombreux leviers en environnement et en énergie, et au cours de la dernière décennie, le gouvernement fédéral, qui était réticent, a laissé les provinces prendre les devants.

Les libéraux de Justin Trudeau ont remporté une majorité l'automne dernier en présentant une plateforme qui inclut la détermination d'un prix national sur le carbone. Mais avec une mosaïque de politiques et de prix sur le carbone dans les différentes provinces, l'élaboration d'une politique nationale sera difficile.

Une autre difficulté pour calculer le progrès est la différence dans les méthodologies utilisées et les cadres politiques de chacune des juridictions.

Mme Gelfand a indiqué que tous les vérificateurs s'affairaient à convenir d'une méthodologie commune et que chacune des provinces et des territoires allait produire son propre rapport.

Elle est d'avis que cette complexité justifie encore plus le fait de s'y attaquer maintenant - pour qu'une fois le cadre déterminé, l'on puisse refaire l'audit à nouveau «quand nous essaierons de réduire les émissions».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer