Autochtones et COP21: le Canada s'inquiète du brouillon d'accord qui circule

La ministre de l'Environnement, Catherine McKenna.... (PHOTO ARCHIVES, LE DROIT)

Agrandir

La ministre de l'Environnement, Catherine McKenna.

PHOTO ARCHIVES, LE DROIT

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Changements climatiques

Environnement

Changements climatiques

Tout sur les changements climatiques »

Patrice Bergeron
La Presse Canadienne
Paris

Le Canada s'inquiète de la tournure des négociations concernant les autochtones à la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques de Paris, la COP21, alors qu'il reste à peine 24 heures pour conclure une entente.

Dans une courte intervention en plénière devant les délégués dans la nuit de mercredi à jeudi, la ministre fédérale de l'Environnement, Catherine McKenna, a dit qu'elle était «profondément préoccupée» par les objections de certains pays au brouillon de texte qui circule depuis mercredi.

Les pourparlers entrent dans leur dernier sprint et les délégations ont passé toute la nuit à négocier. L'échéance pour en arriver à un accord final est en effet vendredi.

Des États ont signifié leur opposition à des références aux droits des peuples autochtones en ajoutant des crochets à l'ébauche. Or la reconnaissance des droits des peuples autochtones dans l'éventuel accord final fait partie des priorités de la diplomatie canadienne à la COP21.

«Nous sommes profondément préoccupés de constater que la référence aux droits de la personne et aux droits des peuples indigènes contenue dans le paragraphe 10 du préambule comporte des crochets, a déclaré la ministre. Nous considérons qu'il est important d'avoir la référence à ces droits contenue dans un paragraphe séparé du préambule qui serait libéré de crochets pour progresser.»

L'accord doit reconnaître «adéquatement» l'importance de respecter les droits de la personne et les droits des peuples indigènes, a-t-elle insisté, en ajoutant qu'il s'agissait d'un point «critique» pour le Canada.

Présent à la COP21, le ministre de l'Environnement de l'Ontario, Glen Murray, a incité son homologue fédérale à tenir bon sur ce principe.

«Le gouvernement de l'Ontario veut que le Canada continue d'appuyer ce principe», a-t-il déclaré dans une entrevue à La Presse Canadienne.

Ce serait logique, selon M. Murray, puisque le gouvernement fédéral a été élu en s'engageant à reconnaître la Déclaration des Nations unies sur les peuples autochtones.

Les Nations unies elles-mêmes ont une position forte sur le sujet, a-t-il rappelé. «On s'attend à ce que cela se reflète donc les traités des Nations unies et leurs actions.»

M. Murray ne craint pas que la position du Canada ou le désaccord des pays sur cet enjeu puisse bloquer les efforts pour arriver à une entente vendredi.

«Je ne peux imaginer que cela ferait avorter l'accord», a-t-il conclu.

Sur place aussi dans l'enceinte du Bourget où se déroule la conférence, la députée de Québec solidaire Manon Massé a soutenu que le Canada doit exiger la référence aux droits des autochtones, quitte à bloquer la conclusion d'une entente.

«Moi, à entendre la société civile, je pense que M. (Justin) Trudeau viendrait de gagner des votes comme il ne se l'imagine même pas (s'il agissait ainsi), a-t-elle dit en entrevue. Si le Canada voulait être vraiment audacieux, il bloquerait cet accord-là pas seulement sur la base des droits des autochtones, mais aussi sur l'absence de mention de l'agriculture.»

La députée de Sainte-Marie - Saint-Jacques, qui défend depuis longtemps la cause des autochtones, a expliqué que la référence à leurs droits dans une entente leur donnerait un «levier juridique pour revendiquer leurs droits».

Ils pourraient ainsi empêcher l'accaparement de leurs terres, la déforestation, etc., a-t-elle donné en exemple.

Un représentant du Programme des Nations unies pour le développement a pour sa part indiqué pourquoi il serait important que les droits des peuples indigènes apparaissent dans un éventuel accord final: les autochtones contribueront à la mise en oeuvre de l'accord, a expliqué un directeur du PNUD, Jo Scheuer.

«Pour réaliser nos ambitions, nous devrons mettre en place des mesures d'atténuation et d'adaptation. Nous savons qu'au-delà de la question des droits, les peuples indigènes sont d'excellents intendants des ressources», a-t-il dit.

Outre cet enjeu, Mme McKenna a rappelé dans son allocution que le Canada veut une entente qui s'applique à tous les États et qui contient les mesures d'atténuation des changements climatiques qui permettront d'atteindre les cibles de l'accord à long terme.

Le Canada souhaite également une entente qui mettra en valeur les actions posées en vue de l'adaptation aux changements climatiques, notamment à propos des pertes et dommages causés dans des pays déjà touchés par ces perturbations, a-t-elle poursuivi.

Il faut par ailleurs que le cadre de travail de la mise en oeuvre de l'entente dans les pays soit solide, uniforme et transparent, a indiqué la ministre.

Mme McKenna a pris la peine de souligner que le Canada continuera d'appuyer les pays pauvres et qu'il reconnaissait les circonstances particulières des pays les moins développés et des États insulaires en développement.

La diplomatie canadienne fait pression pour d'autres grands enjeux, mais la ministre n'en a pas fait mention. Le Canada souhaite notamment faire reconnaître dans l'entente le rôle des gouvernements infranationaux, comme les provinces, ainsi que les mécanismes de tarification du carbone.

Il reste à peine 36 heures aux États du monde pour conclure un accord fatidique sur les changements climatiques. Les 195 pays signataires de la Convention Climat de l'ONU se penchent sur un nouveau brouillon de 29 pages au lieu de 43.

D'autres enjeux très délicats restent à être tranchés et pourraient faire capoter les tentatives d'accord.

Il y a notamment le thème de la «différenciation», c'est-à-dire les efforts à fournir par les pays, en fonction de leurs moyens et de leurs responsabilités dans les changements climatiques. Ce thème divise les pays riches et les pays pauvres.

Il y a aussi l'enjeu du financement fourni par chaque pays et toute la mécanique qui l'accompagne.

De même, il y a «l'ambition» de l'accord, son objectif à long terme. Il y a ceux qui pressent pour des formulations très ambitieuses qui visent la réduction de 70 à 95 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) en 2050 par rapport à 2010. D'autres pays prônent des formules moins contraignantes, qui favorisent la «neutralité carbone».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer