COP21: un nouveau projet d'accord attendu mercredi

Un participant est photographié devant une carte représentant... (PHOTO STÉPHANE MAHÉ, REUTERS)

Agrandir

Un participant est photographié devant une carte représentant les anomalies climatiques à l'échelle mondiale, au Bourget, près de Paris, le 8 décembre.

PHOTO STÉPHANE MAHÉ, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Changements climatiques

Environnement

Changements climatiques

Tout sur les changements climatiques »

Catherine HOURS, Céline SERRAT
Agence France-Presse
LE BOURGET

La communauté internationale pourrait bien franchir mercredi «une étape importante» sur le chemin d'un accord universel contre le réchauffement climatique, avec la présentation d'un nouveau projet de texte «nettoyé», à moins de trois jours de la clôture de la conférence de l'ONU.

Au terme d'une nouvelle journée de négociations intenses et difficiles, les ministres de 195 pays ont relevé mardi soir, en séance plénière, tous les points de désaccord majeurs restant à trancher, tout en soulignant des progrès et l'atmosphère de «coopération» des travaux.

«Nous devons maintenant passer à la préparation négociée de ce qui pourra être, le moment venu, le texte final», leur a déclaré le président de la COP21, Laurent Fabius.

«Je compte vous présenter une version nettoyée du texte demain (mercredi) à 13h locales, a-t-il poursuivi, précisant : «Il s'agira d'une étape j'espère importante, mais pas encore du résultat final des négociations».

«Il reste un travail considérable», a-t-il dit à la presse à l'issue de la plénière réunie au Bourget, en région parisienne.

Ce document, sur la base du projet de 48 pages élaboré la semaine dernière par les négociateurs, intégrera les recommandations émises jusqu'à mardi minuit par les facilitateurs des divers groupes de travail.

Il «permettra d'avoir une vision d'ensemble des équilibres à trouver», avec moins d'options entre parenthèses, a indiqué M. Fabius.

Parmi les ONG, le WWF a exprimé son inquiétude devant ce rythme à marche forcée, craignant que «des sujets fondamentaux disparaissent».

La conférence est censée accoucher d'un pacte universel contre un réchauffement aux impacts déjà notables: sécheresses, fonte de glaciers, élévation du niveau des mers, etc.

Sur la table des négociations, les dossiers épineux sont empilés, et bien connus.

Des lignes de fracture entières

La question de la répartition des efforts entre pays du Nord et du Sud, en fait partie. «Et il est très clair que les lignes de fracture restent entières» sur ce sujet, a dit mardi soir aux délégués le ministre de Singapour et médiateur Vivian Balakrishnan.

«À ce stade, les parties ne sont pas encore prêtes à abattre leurs dernières cartes», a-t-il dit.

La question des financements climatiques vers les pays du Sud aussi divise, UE et États unis réclamant que d'autres pays que les seuls pays industrialisés participent. Mais ceux-ci doivent assumer leurs promesses passées, répondent les pays en développement.

Le ministre indien de l'Environnement, Prakash Javadekar, s'est dit «déçu» mardi des engagements des pays développés, et a exigé avec ses homologues chinois, brésilien et sud-africain «une hausse substantielle» de l'aide financière promise.

Autre point dur, la révision régulière des mesures pour limiter les gaz à effet de serre, à ce stade insuffisantes pour contenir le réchauffement sous le seuil de +2° par rapport à la Révolution industrielle. La date de la première révision fait débat.

Le forum des plus vulnérables au réchauffement (43 pays) a réaffirmé son objectif de +1,5°C maximum.

Figure de proue des pays pétroliers, l'Arabie saoudite renâcle sur la plupart des points.

À ce stade des engagements nationaux, le monde file vers +3°, au-delà du supportable pour de nombreuses espèces et écosystèmes.

«Les zones de négociations sont claires. Les progrès ne sont pas significatifs, mais ce n'est pas surprenant: rien n'est acquis avant que tout soit acquis», a averti l'Américain Elliot Diringer, observateur de longue date des négociations.

Délégués et ONG ont cependant salué depuis lundi, «l'esprit de coopération et la volonté de compromis» générale.

Le négociateur chinois Xie Zhenhua s'est dit «confiant»: «Je crois que nous pouvons trouver un accord détaillé, ambitieux, contraignant, et ne laissant personne de côté».

«Bien que nous ayons des points durs à résoudre, je suis convaincu que nous pouvons y arriver», a aussi déclaré John Kerry.

Le secrétaire d'État américain a expliqué que son pays avait dû en 2014 dépenser 126 milliards de dollars pour réparer les dégâts causés par huit ouragans. Il a aussi raconté les scènes de dévastation aux Philippines après le passage du super typhon Haiyan.

«Voilà ce que sera notre avenir. À moins que nous domptions ce monstre que nous avons créé», a-t-il prévenu.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer