Le GIEC n'est pas assez clair

Le GIEC publie tous les cinq ans un... (Archives La Presse)

Agrandir

Le GIEC publie tous les cinq ans un rapport accompagné d'un «résumé à l'intention des décideurs», synthèse des connaissances scientifiques sur les changements climatiques -pour lesquels les GES sont souvent montrés du doigt- censée être accessible à un public non spécialisé.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Changements climatiques

Environnement

Changements climatiques

Tout sur les changements climatiques »

Agence France-Presse
PARIS

Les textes publiés par le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC), dont les travaux font référence dans les négociations climatiques, ne sont pas assez lisibles, déplorent des chercheurs, craignant que ce manque de clarté nuise à la recherche d'un accord à la conférence de Paris.

«L'action mondiale sur le changement climatique est gravement entravée, parce que les conseils du corps scientifique du GIEC (...) sont si difficiles à comprendre qu'il faut un doctorat, minimum, pour en saisir les recommandations», affirme dans un communiqué Ralf Barkemeyer, enseignant-chercheur de l'école de management française Kedge Business School, qui a dirigé cette étude parue lundi dans la revue Nature Climate Change.

«Si les gouvernements ne sont pas en mesure de comprendre les faits scientifiques qui leur sont présentés, comment peuvent-ils espérer parvenir à un consensus ou à une décision commune?», demande-t-il, à moins de deux mois de la conférence de Paris sur le climat (30 novembre-11 décembre).

Le GIEC publie tous les cinq ans un rapport accompagné d'un «résumé à l'intention des décideurs», synthèse des connaissances scientifiques censée être accessible à un public non spécialisé.

Le GIEC «ne remplit pas sa mission, quand ses résumés pour les décideurs politiques sont si illisibles», estime Suraje Dessai, de l'Université de Leeds.

Les cinq auteurs de l'étude (de France, d'Italie, d'Allemagne et du Royaume-Uni) ont analysé le langage utilisé dans les résumés du GIEC de 1990 à 2014, à l'aide d'un algorithme déterminant l'intelligibilité d'un texte selon la longueur des phrases et la complexité des mots utilisés.

Parallèlement, ils ont étudié leur traitement dans différents organes de presse.

La «faible lisibilité» des résumés du GIEC «a été relativement constante en dépit des efforts du GIEC pour consolider et adapter sa politique de communication», constatent-ils.

La lisibilité du résumé du premier rapport était toutefois «nettement supérieure» à celle des plus récents, relèvent-ils. Une évolution qui reflète peut-être «la complexité croissante» des connaissances scientifiques. Ou le postulat que le lecteur a désormais «un niveau de connaissances préalables plus élevé».

Selon l'étude, il y a «une forte corrélation entre le climat politique et la lisibilité des résumés destinés aux décideurs. Quand les tensions et les désaccords politiques sont importants (...), la lisibilité baisse», soulignent-ils.

À l'inverse, dans les médias, la couverture des résumés par les journaux «scientifiques et de qualité est devenue de plus en plus lisible et émotionnelle», notent les chercheurs.

La tonalité des publications scientifiques, des journaux «de qualité» et des tabloïds est «plus pessimiste que celui des résumés du GIEC», relèvent-ils également.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer