Québec déclare la guerre aux sangliers

On compterait une cinquantaine de sangliers sauvages dans... (PHOTO ANNE GAUTHIER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

On compterait une cinquantaine de sangliers sauvages dans le centre du Québec. Depuis le début de l'automne, les agents de la faune ont capturé 7 bêtes, dont 3 cette semaine.

PHOTO ANNE GAUTHIER, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Gingras

Des sangliers échappés d'élevages représentent-ils une menace pour la nature et l'agriculture ? «Oui», répond le ministère québécois des Forêts, de la Faune et des Parcs, qui a entrepris une campagne d'éradication cet automne en vue d'éliminer «une des espèces exotiques envahissantes les plus néfastes au monde».

En élevage au Québec, le sanglier peut avoir... (PHOTO SWEN PFOERTNER, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE) - image 1.0

Agrandir

En élevage au Québec, le sanglier peut avoir 3 portées de 7 à 8 petits. Il se reproduit même avec le porc domestique (ou devenu sauvage).

PHOTO SWEN PFOERTNER, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Éliminer tout risque d'invasion

Les sangliers se sont adaptés au milieu naturel. Ils résistent aux hivers, là où la neige est peu abondante, ce qui est le cas au sud du Saint-Laurent, et se reproduisent fort bien. Une femelle peut donner 2 portées par année, soit 10 marcassins. On compterait une cinquantaine de sangliers sauvages dans le centre du Québec, vivant en groupes de 5 à 10 individus. Même si le nombre semble peu élevé, les biologistes veulent éliminer tout risque d'invasion, comme en Saskatchewan. Depuis le début de l'automne, les agents de la faune ont capturé 7 bêtes, dont 3 cette semaine.

Le problèmeEspèce sans ennemi naturel au comportement nocturne, très prolifique, rusée, fort discrète. Souvent, seuls ses dommages permettent de déceler sa présence.

Animal fouisseur et omnivore, il mange racines, bulbes, fruits, oeufs, oisillons, parfois, de jeunes mammifères (faons), produits agricoles.

Entre en compétition avec les chevreuils, ours, dindons, oiseaux, écureuils, etc.

Perturbe la faune et la flore des milieux humides, pollue les cours d'eau, nuit au drainage.

Peut dégrader 4 hectares de terre durant sa vie.

Porteur de parasites pouvant toucher notamment le porc.

Cause 1,5 milliard de dommages aux États-Unis (2007), surtout à l'agriculture.

BiologieLe sanglier sauvage est présent naturellement dans plusieurs pays d'Europe, d'Asie et d'Afrique du Nord. Il en existe de nombreuses sous-espèces selon leur origine. Il dépasse parfois les 100 kg. En élevage au Québec, le sanglier peut avoir 3 portées de 7 à 8 petits. Il se reproduit même avec le porc domestique (ou devenu sauvage). Leurs rejetons sont fertiles. Les nombreuses races de porcs sont issues d'une lignée de sangliers sauvages qui ont été domestiqués au cours des millénaires.

HistoireLe porc a été introduit en Floride dans les années 1500 par les Espagnols. D'autres introductions ont suivi dans les États limitrophes. Ces bêtes se sont souvent retrouvées dans la nature et se sont multipliées rapidement.

Années 1800

Premières introductions de sangliers aux États-Unis, dans le New Hampshire. On y retrouve encore des populations sauvages.

Années 1930

Premiers sangliers introduits au Texas, pour la chasse. Ils se reproduisent avec les porcs sauvages. Leur nombre explose.

Depuis 30 ans

Plusieurs populations font leur apparition dans le nord du pays et au Canada, vraisemblablement issues de bêtes échappées ou libérées d'élevages pour la chasse.

Une plaieConsidérés comme des plaies, le sanglier sauvage et ses nombreux hybrides sont présents dans 44 États américains et de la Colombie-Britannique au Québec. La population nord-américaine se chiffrerait autour de 5 millions, dont la moitié vit au Texas. Au Canada, c'est en Saskatchewan qu'on en retrouve le plus grand nombre, quelques dizaines de milliers, croit-on, un chiffre qui pourrait dépasser le million d'ici 10 ans. Les dégâts annuels sont estimés à 59 millions (2007) au Texas, à 75 millions en Alabama (2006) et à 81 millions en Géorgie (2011).

Source: Wild Boar Report From New York, USDA, avril 2015

La bataille de l'État de New YorkL'État de New York a entrepris un programme d'éradication totale qui semble efficace jusqu'ici. Autour de 200 bêtes ont été capturées et éliminées. Des sangliers sauvages et reproducteurs avaient déjà été localisés dans le comté de Clinton, qui partage une frontière avec le Québec. Un programme de surveillance intensive est toujours en vigueur. Depuis septembre 2015, la possession, le commerce ou le transport de sangliers est interdit. Le Québec suit l'exemple de New York, mais ne compte pas freiner l'élevage. Des normes rigoureuses sur les enclos seront bientôt édictées. On compte une cinquantaine d'éleveurs dans la province.

La chasseDepuis quelques mois, la chasse est autorisée sans permis, sans limite de prises et toute l'année en Saskatchewan. Interdite au Québec, elle est sujette à une stricte réglementation ailleurs au Canada. On peut néanmoins chasser en enclos. La chasse a des effets pervers sur le contrôle des sangliers là où ils sont peu nombreux : la récolte est mince, les bêtes deviennent plus méfiantes et se répartissent sur un territoire de plus en plus grand. Des données scientifiques indiquent que si on élimine 70 % d'une population sauvage, il faudra à peine 30 mois pour qu'elle se rétablisse.

Le contrôleLa capture de sangliers exige la construction de grands enclos afin de capturer tout un groupe à la fois. La porte de l'enclos est actionnée à distance. Un sanglier qui s'échappe d'un piège ne s'y fera jamais capturer de nouveau. Il peut parfois s'échapper d'un enclos en grimpant aux clôtures. Le Québec est assisté par des agents de l'État de New York pour la capture de ses sangliers.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer