• Accueil > 
  • Environnement 
  • > Protection de la nature: un groupe rappelle Parcs Canada à l'ordre 

Protection de la nature: un groupe rappelle Parcs Canada à l'ordre

Le parc national de Jasper, en Alberta.... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le parc national de Jasper, en Alberta.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Fannie Olivier
La Presse Canadienne
Ottawa

À l'heure où de nombreux vacanciers se rendent dans un parc national pour y faire du camping, du canot ou de la randonnée, un groupe écologiste accuse Parcs Canada de manquer à sa mission première - celle de protéger ses sites.

La Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP) déplore que Parcs Canada ait privilégié depuis une dizaine d'années les initiatives commerciales et touristiques plutôt que la protection de la nature.

Le groupe rappelle Ottawa à l'ordre: la mission de Parcs Canada est d'abord de s'assurer que la nature de ces zones protégées demeure intacte. Il en a notamment contre des projets de développement, spécialement dans les Rocheuses, comme l'agrandissement de la station de ski du lac Louise ou l'aménagement d'hébergements commerciaux dans le parc de Jasper. Ces projets mettent en péril l'habitat de certaines espèces de la région, comme le grizzly et le caribou, estime la SNAP.

Autre illustration de ce glissement en faveur du volet touristique: dans la foulée des compressions budgétaires de 2012, le nombre d'employés de Parcs Canada travaillant à la conservation a chuté de 31 pour cent. Durant la même période, le nombre d'employés dédiés au service à la clientèle a connu une hausse de 9 pour cent.

Dans le budget 2015-2016, seulement 13 pour cent du financement accordé à Parcs Canada pour ses parcs nationaux est destiné à la conservation.

En entrevue, le directeur national de la SNAP, Éric Hébert-Daly, précise qu'il n'en a pas contre le fait que les touristes soient nombreux dans les parcs aux quatre coins du pays.

«Le problème, c'est que si on continue à créer de plus en plus d'infrastructures et d'activités à l'intérieur de nos parcs, on est en train de gruger la nature à laquelle les gens s'intéressent, justement», signale-t-il.

En d'autres mots: oui à la découverte de la nature dans les parcs, mais selon certaines balises. Et surtout, sans perdre de vue que la préservation de la nature doit demeurer la priorité. «Ça m'inquiète. Si on ne peut pas faire ça pour nos parcs nationaux, qu'est-ce que ça veut dire pour la nature à l'extérieur de nos parcs?», se demande-t-il.

Évaluation environnementale

La SNAP critique par ailleurs les manquements dans l'évaluation environnementale que doit mener Parcs Canada sur ses sites, alors qu'aucun rapport public sur la santé des écosystèmes des parcs nationaux n'a été publié depuis 2012.

«C'est maintenant les promoteurs qui sont chargés non seulement de faire l'évaluation environnementale, mais aussi les consultations publiques», note M. Hébert-Daly.

«Les intérêts de qui sont servis dans tout ça?», demande-t-il. Il affirme qu'une grande partie du public s'opposait aux projets de développement dans les Rocheuses, mais que son avis n'a pas été pris en considération.

La SNAP salue toutefois l'engagement du gouvernement de Justin Trudeau de favoriser l'intégrité écologique et de mettre en place un processus décisionnel ouvert. Elle se réjouit particulièrement de voir que la construction d'une statue géante dans le parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton ait été abandonnée.

Pour le 150e anniversaire de la Confédération en 2017, les troupes libérales ont annoncé que l'entrée dans tous les parcs nationaux sera gratuite.

Pour M. Hébert-Daly, c'est une bonne chose que les Canadiens aient accès à leurs parcs. Il met toutefois en garde contre un achalandage excessif dans les parcs de Banff et Jasper, qui attirent déjà 50 pour cent des visiteurs des parcs nationaux chaque année. À ses yeux, le gouvernement devrait prendre des mesures sérieuses pour s'assurer que la nature soit protégée lors de cette année festive.

Dans une déclaration écrite, Caitlin Workman, porte-parole de Catherine McKenna, la ministre de l'Environnement et du Changement Climatique, a remercié les représentants de la SNAP pour leur rapport. «Ils soulèvent des questions importantes et nous allons revoir leurs recommandations à fond», a-t-elle assuré. Mme McKenna tiendra une première table ronde sur le sujet à l'automne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer