Australie: hécatombe de coraux sur la Grande barrière

Phénomène de dépérissement, le blanchissement se traduit par... (PHOTO AFP)

Agrandir

Phénomène de dépérissement, le blanchissement se traduit par une décoloration des coraux. Il est provoqué par la hausse de la température de l'eau.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Changements climatiques

Environnement

Changements climatiques

Tout sur les changements climatiques »

Agence France-Presse
Sydney

Au moins 35% des coraux du nord et du centre de la Grande barrière australienne sont morts ou en train de mourir sous l'effet d'un épisode de blanchissement d'une rare gravité, ont annoncé lundi des scientifiques.

Cette évaluation est le résultat de mois de surveillance aérienne et sous-marine de ce joyau classé au Patrimoine mondial, qui a considérablement souffert en mars du réchauffement de l'eau.

Le professeur Terry Hughes, expert des récifs coralliens à l'Université James Cook de Townsville, dans l'État du Queensland, a précisé que le réchauffement climatique était en train de faire des ravages sur l'un des sites les plus emblématiques de l'Australie.

«Nous avons découvert qu'en moyenne, 35% des coraux sont morts ou en train de mourir sur 84 récifs que nous avons étudiés sur les sections centre et nord de la Grande barrière, entre Townsville et la Papouasie-Nouvelle-Guinée», a-t-il dit dans un communiqué, cosigné par trois grandes universités.

«C'est la troisième fois en 18 ans que la Grande barrière de corail traverse un épisode grave de blanchissement lié au réchauffement climatique, et l'épisode actuel est beaucoup plus extrême que ce que nous avions mesuré auparavant.»

Il faut compter une décennie pour que la couverture corallienne se remette, «mais cela prendra beaucoup plus de temps pour retrouver les plus grands et plus anciens coraux qui sont morts», ajoutent les scientifiques.

Phénomène de dépérissement, le blanchissement se traduit par une décoloration des coraux. Il est provoqué par la hausse de la température de l'eau, qui entraîne l'expulsion des algues symbiotiques qui donnent au corail sa couleur et ses nutriments.

Les récifs peuvent s'en remettre si l'eau refroidit, mais ils peuvent aussi mourir si le phénomène persiste.

Sur son site internet, le Centre ARC pour les études sur les récifs coralliens publie des photographies comparatives montrant le même récif, complètement blanchi en février, puis totalement colonisé et disparu sous des algues en avril.

Outre le réchauffement climatique, la Grande barrière est aussi menacée par les ruissellements agricoles, le développement économique et la prolifération des acanthasters, étoiles de mer qui détruisent les coraux.

Le site de 345.000 kilomètres carrés a évité de justesse en 2015 d'être placé par l'Unesco sur sa liste des sites en péril.

Un porte-parole du ministre de l'Environnement Greg Hunt avait assuré mi-mai que le gouvernement faisait plus que «jamais auparavant» pour protéger le site.

Il a cependant été révélé la semaine dernière que Canberra était intervenu pour obtenir que toutes les références à l'Australie, y compris à la Grande barrière de corail, soient retirées d'un rapport de l'ONU sur les ravages mondiaux du réchauffement climatique sur les sites au Patrimoine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer