David Suzuki: «Le mouvement environnemental a échoué»

Le généticien et écologiste David Suzuki, qui fête... (PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE)

Agrandir

Le généticien et écologiste David Suzuki, qui fête aujourd'hui ses 80 ans, a écrit 52 livres et animé ou créé des émissions de télé et de radio qui ont touché des millions de gens.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À 80 ans, David Suzuki affiche une dégaine de rock star. Longs cheveux blancs en bataille, jeans noirs, chemise de denim bleu aux manches relevées: il se présente avec un retard considérable à l'entrevue fixée avec La Presse en se confondant en excuses. La veille, la branche montréalaise de la Fondation David Suzuki a profité de son passage en ville pour célébrer à l'avance son 80e anniversaire, qui tombe aujourd'hui.

«J'ai bu trop de vin et je me suis couché trop tard», lance tout de go le célèbre scientifique. Derrière les lunettes, les yeux sont petits et fatigués, mais le regard est vif. David Suzuki parle d'un ton assuré, sans détour, parsemant même certains propos de jurons bien sentis.

C'est que l'écologiste s'exprime aujourd'hui sans filtre. Il lui a fallu du temps pour accepter le terme, mais il se considère désormais comme un «aîné». Et un aîné, explique-t-il, peut livrer le fond de sa pensée sans crainte.

«Quand on est jeune, même si on est radical, on doit se préoccuper de plein de choses. On a un emploi, on veut une promotion, on craint de contrarier certaines gens. Aujourd'hui, je ne dois rien à personne. Ça me donne une grande liberté.»

Une liberté qui vient en contrepartie avec ce qu'il décrit comme un «immense sentiment de responsabilité». C'est qu'après avoir poursuivi une carrière de généticien, écrit 52 livres et animé ou créé des émissions de télé et de radio qui ont touché des millions de gens, David Suzuki considère qu'il vit actuellement la «partie la plus importante de [sa] vie».

«J'ai vécu une vie faite d'erreurs et de nombreux échecs. Aujourd'hui, je réfléchis beaucoup à ce que j'ai fait, et je veux prendre le temps qu'il me reste pour le partager avec les plus jeunes.»

Son principal constat d'échec est brutal et sans appel: c'est celui de la cause même qui l'a animé toute sa vie.

«Le mouvement environnemental a échoué, laisse-t-il tomber. Je pense aux batailles que nous avons menées il y a des décennies. Nous pensions les avoir gagnées parce que nous avions stoppé un barrage, arrêté un superpétrolier, sauvé une forêt. Sauf que 35 ans plus tard, nous menons exactement les mêmes combats.» 

L'erreur, selon lui, est «tactique». Et en tant que figure médiatique incontournable au pays, il s'en attribue une large part de responsabilité.

«Je ne regrette pas d'avoir sauté dans la mêlée quand il le fallait, précise-t-il. Je ne regrette pas d'avoir combattu les entreprises forestières. Mais j'aurais dû consacrer beaucoup plus de temps à éduquer les gens, particulièrement les enfants, à l'importance de l'air, de l'eau, du sol, des êtres vivants.»

Allez jouer dehors

Dans son dernier livre, Lettres à mes petits-enfants, David Suzuki passe de longs moments à inciter ses six petits-enfants à jouer dehors et à explorer la nature. Selon lui, la «déconnexion» qui existe aujourd'hui entre de nombreux citadins et l'environnement explique en partie pourquoi le changement de mentalité qu'il a prôné si longtemps n'est pas parvenu à s'imposer.

«J'ai un ami qui vit dans un appartement à Toronto, raconte-t-il. Le matin, il descend dans son édifice, va prendre sa voiture au garage, conduit jusqu'au stationnement souterrain de l'édifice commercial où il travaille et fait ses courses, puis revient chez lui. Il peut passer des semaines sans mettre le nez dehors. Quand vous vivez comme ça, vous n'êtes même pas conscient que la nature existe.»

Il s'indigne du fait que l'environnement soit devenu un concept distant, qui cède le pas dans la liste des priorités à la technologie ou l'économie.

«La réalité, c'est que nous faisons profondément partie de la nature. Tout ce dont vous avez besoin - l'air, l'eau, la nourriture - provient de la nature», rappelle-t-il.

Un monde «pire, bien pire»

David Suzuki le dit lui-même : il n'a pas l'âme d'un optimiste. Ce grand-père estime léguer à ses six petits-enfants un monde «pire, bien pire» que celui dans lequel il a grandi.

«Je vois ce que nous avons fait pour les changements climatiques. Ce n'est presque rien», continue-t-il. Son seul espoir se trouve dans l'«ébullition» qu'il perçoit au sein des mouvements environnementaux, dans lesquels s'impliquent plusieurs de ses propres enfants et petits-enfants.

«Je vois que d'autres générations se lèvent. Je suis très encouragé de voir ces jeunes très informés et très actifs. Ma seule préoccupation, c'est de savoir si on réussira à faire le virage avant qu'il ne soit trop tard. J'ai encore espoir - un espoir qui repose sur le fait que, scientifiquement, il est difficile d'avoir des certitudes. Nous savons qu'il est tard. Mais nous ne savons pas s'il est trop tard.»

***

LA FONDATION DAVID SUZUKI

Cofondée par David Suzuki et sa conjointe Tara Cullis

ACTIF NET : 15,2 millions

REVENUS EN 2015 : 3,7 millions

88 employés répartis entre Vancouver, Toronto et Montréal

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer