• Accueil > 
  • Environnement 
  • > Fracturation pétrolière: le règlement québécois «conçu pour l'industrie» 

Fracturation pétrolière: le règlement québécois «conçu pour l'industrie»

Un regroupement de scientifiques soutient que les normes édictées par... (PHOTO JIM WILSON, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES)

Agrandir

Un regroupement de scientifiques soutient que les normes édictées par Québec pour protéger l'eau potable sont moins sévères que celles que se donne généralement l'industrie pétrolière aux États-Unis.

PHOTO JIM WILSON, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le nouveau règlement québécois censé protéger l'eau potable des forages gaziers ou pétroliers est « conçu sur mesure pour l'industrie » et injustifiable d'un point de vue scientifique, selon un regroupement de scientifiques qui a pris la parole vendredi. Le groupe soutient que les normes édictées par Québec sont même moins sévères que celles que se donne généralement l'industrie pétrolière elle-même aux États-Unis.

En août 2014, Québec a adopté un règlement qui stipule notamment qu'aucun site de forage ne peut être installé à moins de 500 mètres d'un puits d'eau. Le règlement québécois indique aussi que les activités de fracturation, comme celles que l'on prévoit lancer à Anticosti, doivent se dérouler à au moins 400 mètres sous les nappes phréatiques.

Or, selon le groupe, ces distances sont « insuffisantes » et « inadéquates ».

« Le règlement du Québec ne protège absolument pas les nappes, tranche Marc Durand, professeur retraité du département des sciences de la Terre et de l'atmosphère de l'UQAM. Le règlement, d'après nous, a été essentiellement conçu pour les besoins de l'industrie pétrolière. »

Outre M. Durand, les scientifiques qui ont pris la parole vendredi sont le biophysicien Marc Brullemans, le sociologue Richard Langelier, la biologiste Céline Marier et l'ingénieure en géologie Chantal Savaria.

Selon M. Durand, si on appliquait à l'île d'Anticosti les règles que l'industrie pétrolière se fixe généralement elle-même aux États-Unis pour la fracturation, 97 % des permis d'exploration actuellement accordés seraient inutilisables. Notons que le gouvernement québécois est lui-même actionnaire des projets d'exploration à Anticosti puisqu'il a formé une société en commandite avec les entreprises Pétrolia, Corridor Resources et Saint-Aubin.

Le groupe de scientifiques dit avoir communiqué à trois reprises avec le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques pour lui faire part de « très sérieuses lacunes » dans le règlement québécois.

NORMES « INSENSÉES »

Deux normes sont dans la ligne de mire des scientifiques. La première est la distance, au sol, qui doit séparer un puits de forage d'un site de prélèvement d'eau. Québec la fixe à 500 mètres, mais stipule qu'elle peut être élargie si une étude hydrologique montre qu'elle est insuffisante. Le hic, selon les scientifiques, c'est que le règlement indique que c'est l'entreprise exploitant le site qui est responsable de cette étude hydrologique.

L'autre distance, elle, se mesure à la verticale. Elle définit l'écart entre le bas de la nappe phréatique et les activités de fracturation. Les scientifiques notent toutefois un problème « majeur » : Québec calcule cette distance à partir du schiste qui contient le pétrole. Or, une fois la fracturation effectuée, le roc peut être fissuré sur plusieurs centaines de mètres vers le haut. Ces fissures, selon le groupe, peuvent carrément atteindre la nappe phréatique.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer