Parcs Canada: année record d'incendies, les finances à sec

Les incendies de forêt dans les parcs nationaux du Canada ont atteint un record... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Photo La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bob Weber
La Presse Canadienne

Les incendies de forêt dans les parcs nationaux du Canada ont atteint un record l'an dernier, en nombre et en superficie, et ont épuisé les ressources réservées à la lutte contre les incendies.

Le rapport annuel des incendies de Parcs Canada dénombre 122 incendies qui ont brûlé 4600 kilomètres carrés en 2015, soit neuf fois et demi la superficie de l'île de Montréal.

La moyenne annuelle est de 82 feux. En 2014, 3000 kilomètres carrés avaient été brûlés par des incendies non prescrits.

Le pire des dommages a été concentré dans un seul parc en 2015. Les flammes ont ravagé 3700 kilomètres carrés de terrain à Wood Buffalo, à la limite de l'Alberta et des Territoires du Nord-ouest.

Parcs Canada consacre environ huit millions de dollars par année à la lutte contre les incendies. L'argent non utilisé est gardé pour les saisons de feux plus actives.

Les éclairs tombant sur des forêts de bois sec ont permis à 2015 d'enregistrer la troisième année record consécutive. La lutte contre les incendies a coûté 14 millions $ l'été dernier. Les surplus mis de côté sont pratiquement épuisés, a affirmé Jeff Weir, le directeur de la gestion nationale des feux chez Parcs Canada.

«Cela signifie que l'an prochain, nous obtiendrons notre allocation de 8 millions $, et si nous la dépensons, nous devrons nous tourner vers d'autres sources de financement de Parcs Canada pour couvrir les coûts.»

«Ce n'est pas une tâche que nous pouvons ignorer», a-t-il fait valoir.

L'argent viendrait alors de fonds réservés à des projets de restauration écologique, par exemple.

Des scientifiques du climat avaient prédit que le réchauffement climatique apporterait des saisons d'incendie plus graves. Les parcs nationaux en ressentent l'effet, a affirmé M. Weir.

«Si les changements climatiques apportent des étés plus longs et plus secs, nous allons connaître des saisons des feux plus longues, ce qui apportera plus d'allumages et des incendies plus imposants. Les changements climatiques risquent d'augmenter la charge d'incendie à travers le Canada.»

Par ailleurs, Parcs Canada a aussi établi, en 2015, un record de feux prescrits, soit des incendies allumés et contrôlés par le personnel pour reproduire le cycle naturel de rajeunissement de la forêt par le feu. L'agence a provoqué 28 de ces feux dans 12 parcs nationaux.

L'objectif de Parcs Canada est de faire des feux prescrits à 20 pour cent du rythme naturel. Cela signifie que si une forêt brûlerait naturellement une fois tous les 60 ans, l'agence la brûlerait à un rythme équivalant à une fois tous les 300 ans.

Alors que l'approche était autrefois d'éteindre tous les incendies, Parcs Canada a commencé à les prescrire au milieu des années 1980. L'agence est maintenant un leader mondial en la matière, selon M. Weir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer