• Accueil > 
  • Environnement 
  • > Les séismes liés à la fracturation hydraulique pourraient se multiplier 

Les séismes liés à la fracturation hydraulique pourraient se multiplier

Un système de forage avec fracturation hydraulique.... (Photo d'archives Le Soleil)

Agrandir

Un système de forage avec fracturation hydraulique.

Photo d'archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Kane
La Presse Canadienne
Vancouver

Si l'industrie du gaz naturel liquéfié (GNL) progresse tel que l'espère le gouvernement de la Colombie-Britannique, les séismes induits par la fracturation hydraulique pourraient se faire cinq fois plus nombreux, estime un expert.

Progress Energy, l'entreprise qui approvisionnerait un important terminal de GNL - la même qui a été désignée responsable d'un séisme de magnitude 4,4 l'an dernier - assure toutefois qu'elle ne compte pas intensifier ses activités de forage.

Selon les responsables de Progress Energy, il n'est pas nécessaire d'augmenter le nombre de puits qu'elle creuse par année pour approvisionner le terminal projeté de liquéfaction et d'exportation de GNL, le Pacific NorthWest, près de Prince Rupert.

«Nos activités de forage en amont demeureront relativement constantes par rapport aux niveaux actuels du projet de GNL, ou pourraient même diminuer, ne présentant donc pas de risques supplémentaires», a indiqué la porte-parole Stacie Dley, par courriel.

Progress Energy a suspendu ses activités depuis qu'une secousse de magnitude 4,6 a eu lieu le 17 août dernier, dans le nord-est de la Colombie-Britannique. La commission provinciale pour le pétrole et le gaz enquête, mais n'a pas encore établi de cause.

Cette même commission avait confirmé que Progress Energy avait déclenché en août de l'an dernier un séisme de magnitude 4,4, soit l'un des plus forts induits par l'industrie du gaz naturel, dont l'extraction se fait par fracturation hydraulique, un procédé qui requiert de fracturer le sol en injectant de l'eau et des produits chimiques.

Le projet de terminal Pacific NorthWest, un investissement de 36 milliards $, est une des pierres angulaires du plan du gouvernement libéral de la province pour bâtir l'industrie de l'exportation du gaz naturel en Asie. La province l'a approuvé, mais une commission fédérale le révise actuellement.

Mais selon David Hugues, un géoscientifique qui a travaillé durant 32 ans à la commission géologique du Canada (CGC) et qui a récemment analysé les plans du gouvernement pour le compte du Centre canadien de politiques alternatives, les activités de forage devraient se multiplier par cinq d'ici 2020 pour remplir les plus hauts objectifs de la province. Le gouvernement de la Colombie-Britannique estime que cinq terminaux pourraient traiter 82 millions de tonnes de GNL par année. Cela représente jusqu'à 2100 puits par année, d'après M. Hugues.

«Si cinq nouveaux terminaux sont construits, a-t-il prévenu, tenez-vous prêts pour des activités sismiques inévitables. Je ne pense pas qu'il ait de moyen de stopper cela. C'est le prix à payer.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer