Des kayakistes bloquent une plateforme pétrolière à Seattle

La manifestation faisait suite à l'autorisation donnée à... (Photo: Reuters)

Agrandir

La manifestation faisait suite à l'autorisation donnée à Shell par le président Obama en mai pour forer dans l'Arctique, une annonce qui a fait enrager les écologistes.

Photo: Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Washington

Des militants de l'ONG Greenpeace à bord de dizaines de kayaks bloquaient lundi une plateforme de la compagnie Shell à Seattle, dans le nord-ouest des États-Unis, pour l'empêcher de mener des explorations pétrolières dans l'Arctique.

Avant l'aube, les kayaks ont formé un arc de cercle autour de la plateforme jaune et blanche que des remorqueurs se préparaient à tirer jusqu'à l'Arctique, a expliqué John Hocevar, l'un des militants de Greenpeace.

Les militants ont exprimé leur mécontentement en frappant la coque des kayaks à coup de pagaies et scandant «Non, à Shell», a-t-il expliqué. La manifestation s'est déroulée sans violence, mais M. Hocevar, joint au téléphone par l'AFP, a indiqué craindre d'être arrêté par une embarcation de la police croisant à quelques mètres de lui.

La manifestation faisait suite à l'autorisation donnée à Shell par le président Obama en mai pour forer dans l'Arctique, une annonce qui a fait enrager les écologistes.

Les ONG écologistes s'opposent à ces forages en partie à cause des effets dévastateurs qu'aurait une fuite de pétrole sur la faune vulnérable de l'Arctique.

Shell avait suspendu en 2013 ses projets de forage dans la région suite à des problèmes récurrents sur deux plateformes pétrolières.

La plateforme Shell, haute de 94 mètres et pesant 38 000 tonnes doit mettre le cap sur un secteur de l'Arctique, appelé mer des Tchouktches, pour y forer durant l'été.

Les kayakistes de Greenpeace ont apporté des provisions dans l'espoir de tenir le plus longtemps possible, en dépit de plusieurs arrestations déjà opérées par la police.

«Chaque minute où ils sont là-bas, est une autre minute donnée au président Obama pour reconsidérer» sa décision, a justifié Travis Nichols, en charge de l'Arctique pour Greenpeace.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer