Un plan pour endiguer le déclin des abeilles

Selon la dernière enquête fédérale, les apiculteurs américains... (PHOTO ANDY DUBACK, ARCHIVES AP)

Agrandir

Selon la dernière enquête fédérale, les apiculteurs américains ont perdu environ 40 % de leurs colonies d'abeilles ces douze derniers mois, dont la plupart pendant l'hiver.

PHOTO ANDY DUBACK, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
WASHINGTON

La Maison-Blanche a dévoilé mardi un plan national d'action pour enrayer le déclin inquiétant des populations d'abeilles domestiques et d'autres pollinisateurs aux États-Unis qui jouent un rôle crucial dans la production de fruits et de légumes, et pour l'environnement.

«Les insectes pollinisateurs sont essentiels pour l'économie nationale, la sécurité alimentaire et l'état de l'environnement», a expliqué John Holdren, l'un des principaux conseillers scientifiques du président Barack Obama, sur le site de la présidence.

«La pollinisation par les seules abeilles compte pour plus de 15 milliards de dollars de récoltes agricoles annuellement» dans le pays, a-t-il précisé. Mais «ces pollinisateurs souffrent».

Selon la dernière enquête fédérale, les apiculteurs ont perdu environ 40 % de leurs colonies d'abeilles ces douze derniers mois, dont la plupart pendant l'hiver.

Pour les scientifiques, une combinaison de facteurs est responsable de cette hécatombe dont la maladie, des parasites, la diminution des éléments nutritifs disponibles et les pesticides.

Le plan d'action vise aussi à reconstituer les populations de papillons monarques, en très forte diminution. Le nombre de ces papillons migrateurs - qui vont passer l'hiver dans le sud, surtout au Mexique - a baissé de 90 %, voire davantage ces deux dernières décennies.

Ce plan prévoit de limiter la mortalité des colonies d'abeilles domestiques pendant l'hiver à 15 % maximum dans les dix ans et à restaurer 2,8 millions d'hectares d'habitat dans les cinq ans grâce à des interventions fédérales et des partenariats entre secteurs public et privé.

Il compte également accroître la population des papillons monarques jusqu'à 225 millions d'ici cinq ans sur une superficie de forêt d'environ six hectares au Mexique, en collaboration avec le gouvernement mexicain.

De nombreuses agences fédérales sont mobilisées pour diversifier les espèces de plantes sur les terres fédérales, pour qu'elles soient mieux adaptées aux besoins des abeilles et autres insectes pollinisateurs.

Selon les scientifiques, les vastes régions agricoles pratiquant la monoculture privent les abeilles de leurs sources de nourriture.

Ce plan fédéral repose sur une stratégie «de mobilisation de toutes les ressources», faisant appel à tout le monde pour agir et sauver les abeilles, explique la Maison-Blanche.

«Accroître l'étendue et la qualité de l'habitat des pollinisateurs est une partie importante de cet effort allant du développement de jardins près des immeubles fédéraux à la restauration de millions d'hectares de terres domaniales et privées», a précisé la présidence.

La Maison-Blanche s'est montrée mesurée sur l'impact des insecticides : «Les pesticides jouent un rôle clé dans la production agricole et la santé de notre société (...) et atténuer leurs effets sur les abeilles est une priorité du gouvernement fédéral».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer