São Paulo envisage des rationnements d'eau

Le gouvernement de l'État de São Paulo est... (PHOTO NACHO DOCE, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Le gouvernement de l'État de São Paulo est lancé dans une course contre la montre pour achever des travaux en retard qui permettraient d'approvisionner le bassin de Cantareira (ci-dessus) avec l'eau d'autres réserves hydriques.

PHOTO NACHO DOCE, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
SAO PAULO

Les autorités de la région de São Paulo (sud-est), poumon économique du Brésil, ont annoncé envisager des rationnements d'eau draconiens si perdure la grave sécheresse qui affecte le sud-est industrialisé du pays.

«Si la pluie persiste à ne pas tomber sur le système du réservoir de Cantareira, la solution serait un rationnement alterné très lourd», a déclaré mardi soir, Paulo Massato, directeur de l'entreprise de distribution d'eau pauliste Sabesp, qui gère ce bassin.

«Le rationnement serait de deux jours avec eau et cinq jours sans eau» par alternance dans les zones dépendant de ce réservoir qui approvisionne 45 % de la région métropolitaine de São Paulo, peuplée d'environ 20 millions d'habitants.

Il s'agit de la pire sécheresse dans cette région en huit décennies.

M. Massato a souligné qu'une telle mesure drastique pourrait être appliquée pour éviter la catastrophe d'une coupure totale de l'approvisionnement en eau.

Les réserves du bassin de Cantareira ont atteint un minimum historique depuis le début de la sécheresse l'été dernier. Si les précipitations n'augmentent pas fortement, ces réserves pourraient s'épuiser courant mars, un mois normalement très pluvieux dans cette région.

Les autres réservoirs qui alimentent la capitale économique du Brésil connaissent une situation critique similaire.

La capitale économique du Brésil et l'intérieur de l'État de São Paulo, où vivent 40 millions de personnes et où sont implantées de nombreuses industries fortement consommatrices d'eau, sont confrontés depuis déjà plusieurs mois aux conséquences de la sécheresse.

De nombreux habitants dénoncent des baisses de pression de l'eau et des coupures qui durent dans certains endroits jusqu'à plusieurs jours.

Le gouverneur de São Paulo Geraldo Alckmin a fini par reconnaître il y a deux semaines que la région faisait déjà l'objet de rationnement.

M. Alckmin est très critiqué pour ne pas avoir commencé à rationner l'eau et demandé aux Paulistes de l'économiser dès l'automne dernier, alors qu'il était en campagne électorale pour sa réélection aux élections d'octobre.

Le gouvernement de l'État de São Paulo est lancé dans une course contre la montre pour achever des travaux en retard qui permettraient d'approvisionner le bassin de Cantareira avec l'eau d'autres réserves hydriques.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer