Des agriculteurs colombiens poursuivent BP

Un procès dans lequel cent agriculteurs colombiens attaquent en justice le... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Londres

Un procès dans lequel cent agriculteurs colombiens attaquent en justice le géant pétrolier BP pour dommages environnementaux s'est ouvert mercredi à la Haute Cour de Londres.

Les agriculteurs demandent 18 millions de livres (32,4 millions $) de dommages et intérêts à l'entreprise britannique Equion Energia, appelée autrefois BP Exploration (Colombia) Limited (BPXC).

Ils soutiennent que l'entreprise a causé des dégâts massifs à leurs terres en y construisant l'oléoduc Ocensa au milieu des années 1990. Selon eux, cet oléoduc a endommagé leurs récoltes.

L'avocat des agriculteurs, Alex Layton, a déclaré à l'audience que BP avait promis une indemnisation équitable pour tout dommage causé. «BP a rompu cette promesse. Nous demandons à la cour de la lui faire tenir», a soutenu M. Layton.

L'avocat a accusé l'entreprise d'avoir fait preuve de négligence lors de la construction de l'oléoduc, qui traverse la Colombie depuis les champs pétrolifères de Cusiana et Cupiagua jusqu'à la côte.

«BP connaissait les risques et savait comment les éviter, mais a décidé de courir ces risques. (BP) a manqué à ses propres normes de manière éclatante», a poursuivi M. Layton.

BP, qui a depuis vendu ses actifs en Colombie, nie qu'une construction en-deçà des normes ait causé des dommages et déclare avoir versé des compensations lorsque c'était nécessaire.

«D'importantes mesures ont été prises au moment de la construction de l'oléoduc Ocensa en Colombie afin de (...) s'assurer que les terres traversées par l'oléoduc ne seraient pas endommagées», a déclaré BP dans un communiqué.

«BP estime que ces mesures ont été efficaces et que la construction de l'oléoduc a été exécutée avec des standards élevés», d'après ce communiqué.

Les 109 agriculteurs de 73 fermes, dont beaucoup pratiquent une agriculture de subsistance, soutiennent que la construction a causé l'érosion des sols, endommagé la couverture végétale et les points d'eau.

Des témoins colombiens sont venus à Londres pour le procès.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer