Québec incapable de protéger les milieux humides

Entre le 30 novembre 2006 et le 31... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Entre le 30 novembre 2006 et le 31 mars 2010, Québec a autorisé la destruction de 2855 hectares de milieux humides.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

la liste:11387:liste;la boite:2465618:box

Carte interactive

Carte des milieux humides perturbés dans les basses terres du Saint-Laurent

Carte des milieux humides perturbés dans les basses terres du Saint-Laurent

Les milieux humides continuent de disparaître au Québec, selon une... »

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les milieux humides continuent de disparaître au Québec, et le ministère de l'Environnement ne parvient pas à freiner leur destruction, selon une étude réalisée à la demande du ministre Yves-François Blanchet.

Même dans le secteur le plus surveillé, soit l'immobilier, 99% des autorisations accordées par le ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP) ont abouti à une destruction sans aucune compensation.

On est loin d'un éventuel objectif de «zéro perte nette», parfois cité par les ministres de l'Environnement, notamment Thomas Mulcair il y a bientôt 10 ans.

«Les pratiques de compensation actuelles sont nettement insuffisantes pour atteindre un objectif d'aucune perte nette», conclut l'étude, remise au printemps dernier au ministre Blanchet.

Foresterie et agriculture

Dans d'autres secteurs, comme la foresterie et l'agriculture, le MDDEFP n'applique même pas ses propres lois, note-t-on. Et ce sont les principales causes de pertes de milieux humides dans la province.

Selon l'analyse des photos aériennes réalisée aux fins de l'étude, on conclut que l'agriculture a causé 44% de la destruction de milieux humides entre 1990 et 2011. La foresterie est responsable de 26% des pertes.

Et même si ces deux secteurs économiques sont soumis à des règles plus souples que la construction immobilière, ils auraient dû quand même passer par le processus d'autorisation du MDDEFP, explique la biologiste Stéphanie Pellerin, de l'Institut de recherche en biologie végétale, coauteure de l'étude.

«Les gens ne sont pas de mauvaise foi, mais ils ont des fausses impressions», dit-elle.

La bonne nouvelle, note-t-elle, c'est qu'en foresterie du moins, les pertes sont réversibles: on peut par exemple reboucher les canaux de drainage qui ont été faits pour faciliter les travaux de coupe.

Compensations

Ce n'est pas le cas des milieux humides, qui disparaissent sous les nouveaux lotissements, parcs industriels ou autres projets qui, eux, passent entre les mains des fonctionnaires du MDDEFP.

Il est donc d'autant plus important, dans ce secteur, d'obtenir des compensations, sous la forme de la restauration ou de la création d'un milieu humide ailleurs sur le territoire.

D'ailleurs, officiellement, c'est l'un des trois piliers de la politique québécoise de protection des milieux humides, qui se résume à trois mots: éviter, minimiser et compenser.

Mais les données compilées par les chercheurs montrent à quel point ces piliers sont faibles.

Au total, entre le 30 novembre 2006 et le 31 mars 2010, le MDDEFP a autorisé la destruction de 2855 hectares de milieux humides.

Mais il n'a obtenu que 15 hectares de compensation sous forme de milieux humides artificiels ou restaurés.

En ce qui concerne les deux autres objectifs, les données recueillies par le Ministère sont insuffisantes pour conclure à leur efficacité.

On revient donc à l'importance de la conservation.

Dans la région des basses terres du Saint-Laurent, on estime que de 40 à 80% des milieux humides ont disparu depuis le début de la colonisation européenne.

Mais seulement une faible proportion des milieux restants (12%) sont actuellement protégés.

Selon Mme Pellerin, un «régime idéal» de protection devrait permettre de «bien faire le suivi des pertes», tenir compte des «perturbations majeures» qui ne font pas l'objet d'une autorisation et prévoir des «contraintes plus importantes pour les contrevenants».

Yves-Francois Blanchet, ministre de l'Environnement du Québec.... (Photo archives La Presse) - image 2.0

Agrandir

Yves-Francois Blanchet, ministre de l'Environnement du Québec.

Photo archives La Presse

Des lacunes dans l'application, soutient le ministre Blanchet

«Il est très clair que la performance de la réglementation actuelle est inadéquate, a affirmé le ministre Yves-François Blanchet, dans une réponse écrite aux questions de La Presse. On peut en effet observer un recul tant en termes de superficie que de qualité au détriment des zones humides et inondables. Le gouvernement prépare donc une intervention législative devant être déposée à l'Assemblée nationale au cours de 2014. Le rôle important joué par la foresterie, l'agriculture et l'urbanisation dans le recul des milieux humides est un des principaux constats de l'étude. Il y a manifestement des lacunes dans l'application.»Le ministre veut aussi proposer «une démarche d'éducation et d'évaluation des ressources humaines et des expertises nécessaires aux différents niveaux d'intervention».

En chiffres

1%
Pourcentage de milieux humides restaurés ou compensés en regard des 2855 ha dont la destruction a été autorisée par Québec entre le 30 novembre 2006 et le 31 mars 2010.
19%
Pourcentage de milieux humides détruits dans la vallée du Saint-Laurent entre 1990 et 2011, soit 567 km2 (ou 56 700 hectares).




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer