Les changements climatiques? 98% des Canadiens y croient

Neuf autres pour cent des personnes interrogées sont... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Neuf autres pour cent des personnes interrogées sont persuadées que ces changements sont d'origine naturelle, tandis que 54 pour cent des répondants croient que les humains et la nature ont tous deux quelque chose à y voir.

Photothèque Le Soleil

Partager

Dossiers >

Changements climatiques

Environnement

Changements climatiques

Tout sur les changements climatiques »

Jennifer Graham
La Presse Canadienne
Regina

Seulement deux pour cent des Canadiens qui ont répondu à un récent sondage croient que des changements climatiques ne sont pas en train de se produire.

Neuf autres pour cent des personnes interrogées sont persuadées que ces changements sont d'origine naturelle, tandis que 54 pour cent des répondants croient que les humains et la nature ont tous deux quelque chose à y voir.

Ce sondage a été réalisé par Insightrix Research pour IPAC-CO2 Research, un centre sis à l'Université de Regina, qui étudie la captation et le stockage du carbone.

Selon la responsable du centre Carmen Dybwad, les résultats publiés mercredi démontrent que les Canadiens croient presque tous que les changements climatiques sont un phénomène réel.

Le coup de sonde a été effectué en ligne du 29 mai au 11 juin auprès de 1550 répondants.

Au dire du professeur John Smol, un expert en réchauffement climatique à l'Université Queen's, il est rassurant de constater que le nombre de personnes croyant que les changements climatiques sont une vue de l'esprit.

Il estime toutefois que les progrès sont particulièrement lents en ce qui concerne la transposition des données scientifiques en politiques publiques et dans l'opinion publique, même si la société progresse dans la bonne direction.

Pour expliquer les fortes divergences d'opinions entre les provinces quant à la cause du réchauffement planétaire, Mme Dybwad s'en remet aux fondations économiques des diverses régions du pays. Du côté des provinces dépendant davantage des combustibles fossiles, la perception voulant que les changements climatiques ne soient pas dus à l'activité humaine est ainsi plus répandue.

Le coup de sonde a également permis de déterminer que 51 pour cent des répondants d'à travers le pays croient que les combustibles fossiles seront encore utilisés en 2050 pour produire de l'électricité au Canada. Cette croyance était plus forte en Alberta, à 66 pour cent, et plus faible au Québec, à 37 pour cent.

L'acceptation des changements climatiques et le niveau de responsabilité des humains est un dossier politique délicat, y compris lors des plus récentes élections provinciales en Alberta.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer