L'acteur Ethan Hawke contre les forages

L'acteur américain Ethan Hawke s'invite dans le débat... (Photo: Max Rossi, Reuters)

Agrandir

L'acteur américain Ethan Hawke s'invite dans le débat sur les forages pétroliers et gaziers dans le golfe du Saint-Laurent.

Photo: Max Rossi, Reuters

Le comédien américain Ethan Hawke s'invite dans le débat sur les forages pétroliers et gaziers dans le golfe du Saint-Laurent. Propriétaire d'une maison en Nouvelle-Écosse, il s'oppose au projet de forage exploratoire de Corridor Resources, à mi-chemin entre Terre-Neuve et les Îles-de-la-Madeleine, qui pourrait signifier la naissance d'une nouvelle industrie dans la région. La Presse l'a interviewé.

Q Comment avez-vous abouti en Nouvelle-Écosse?

R J'ai beaucoup fait de tournages au Canada et pendant un tournage à Halifax, je me suis fait un ami avec qui j'ai commencé à écrire. Depuis 15 ans, je viens dans la région et j'essaie d'y passer le plus de temps possible l'été. J'ai fini par m'acheter une maison. J'adore l'endroit et les gens.

Q Comment avez-vous été mis au courant des projets pétroliers et gaziers dans le golfe du Saint-Laurent?

R Mes voisins ont commencé à m'appeler. Et j'ai entendu parler de la Fondation David Suzuki qui conteste le projet. D'un côté, il y a des gens qui pourraient faire beaucoup d'argent avec ce projet, et ce ne sont pas de mauvaises personnes pour autant. Et de l'autre, il y a tous ces gens qui vont seulement vivre avec les conséquences. Et malheureusement, le plus souvent, entre la possibilité de faire un profit rapide et celle de protéger quelque chose qui est beau, le profit gagne.

Q Qu'est-ce qui vous inquiète dans les projets industriels dans le Golfe?

R Je suis né au Texas et je connais Galveston et la côte du golfe du Mexique. Les gens des Maritimes ne voudraient pas de cette industrie chez eux. Il y a des plateformes de forage partout. Il y a une poignée de personnes qui se sont enrichies dans la région, mais il y a encore beaucoup de pauvreté au Texas. Il y a du pétrole dans l'eau et il n'y a plus de poisson, et ça, c'était avant la catastrophe de Deepwater Horizon! Le golfe du Saint-Laurent ne pourrait pas se relever d'un pareil accident. Il y a des espèces menacées comme le rorqual bleu. Il faut imposer le plus de restrictions possible à l'industrie et garder à l'esprit l'intérêt à long terme du Canada et de ses habitants à avoir un golfe en santé, avec ses pêcheries et son tourisme.

Q Certains pourraient souligner que notre mode de vie, et le vôtre en particulier, dépend justement du pétrole. Qu'est-ce que vous leur répondriez?

R Je vois l'hypocrisie de cela et je ne sais pas exactement quoi faire. J'entends parler de déversements comme celui du Brésil actuellement et je me sens impuissant. Mais je sais qu'un jour, nous allons devoir arrêter de propulser notre progrès en détruisant l'environnement. On devrait en faire une priorité dès maintenant. Il faut faire de l'environnement une priorité pendant qu'on a encore des endroits comme le golfe du Saint-Laurent à protéger.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer