Jean-François Plante songe à demander une révision judiciaire

Dossiers >

Succession de Dumont

Actualité

Succession de Dumont

Consultez notre dossier sur la succession de Mario Dumont. »

Jean-François Plante... (Photo: PC)

Agrandir

Jean-François Plante

Photo: PC

Catherine Handfield
La Presse

Coup de théâtre mardi dans la course à la direction de l'Action démocratique du Québec (ADQ): la direction du parti a rejeté la candidature de l'animateur de radio Jean-François Plante. Ce dernier estime être victime de manoeuvres déloyales et songe à demander une révision judiciaire.

«Un parti qui récolte 8% des intentions de vote se permet d'agir comme ça? Ça n'a aucun, aucun, aucun sens», a déclaré M. Plante lors d'une entrevue avec La Presse.Hier après-midi, le président d'élection de l'ADQ, Pierre Éloi Talbot, a confirmé que le dossier de Jean-François Plante avait été jugé non conforme. L'animateur de Tag Radio X, en Outaouais, n'aurait pas récolté les 1000 signatures de soutien nécessaires. La Constitution de l'ADQ exige un minimum de 60 signatures dans chacune des 12 régions du Québec définies par le parti.

Au terme de trois révisions, les responsables de la course n'ont accepté que 837 signatures. De plus, M. Plante n'aurait pas rempli le quota dans cinq régions, selon Me Talbot.

La direction de l'ADQ a envoyé un courriel au candidat rejeté dans la nuit de lundi à mardi pour l'aviser de la non-conformité de son dossier et l'inviter à communiquer avec elle dans la journée d'hier.

Or, le parti s'était engagé à divulguer la liste des candidats au plus tard lundi soir, ce qui a été fait pour Éric Caire, Christian Lévesque et Gilles Taillon.

Jean-François Plante estime que la haute direction a bafoué ses règlements en l'avisant après son heure limite, une accusation que Me Talbot rejette. Mardi matin, M. Plante a envoyé une mise en demeure aux dirigeants pour leur enjoindre de rendre une décision sur sa candidature.

«Je me considère comme un candidat officiel et je participerai aux prochains débats», a dit Jean-François Plante. Il maintient qu'il a récolté 1200 signatures, comme il l'avait déclaré lorsqu'il a remis son dossier, le 18 août.

M. Plante «songe sérieusement» à demander une révision judiciaire. «D'autant plus qu'une accumulation d'irrégularités me laisse croire que certaines personnes ont décidé que je ne serais pas candidat», a-t-il dit.

L'animateur soutient qu'il n'a pas reçu à l'avance les questions du premier débat des candidats, qui a eu lieu dimanche à Lévis, contrairement à Éric Caire et Christian Lévesque. Il prétend également que la direction du parti lui a remis les formulaires de signatures «au compte-gouttes», cet été. Me Talbot rejette ces accusations.

Christian Lévesque espère que la direction fera preuve de «transparence» dans le dossier de M. Plante, quitte à recompter les signatures en sa présence. Les attachés de presse d'Éric Caire et de Gilles Taillon ont affirmé se fier au comité électoral.

Jean-François Plante s'est porté candidat de l'ADQ en 2007. Mario Dumont lui avait toutefois montré la porte en raison de propos qu'il avait tenus sur le bien-fondé de l'équité salariale et de la discrimination positive envers les femmes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer