Suisse 0- Canada 6: une victoire rassurante

Après une défaite contre la Russie qui avait des allures d'accident de parcours... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après une défaite contre la Russie qui avait des allures d'accident de parcours et une victoire convaincante contre la Suède, Équipe Canada junior cherchait à confirmer sa valeur hier lors de son dernier match préparatoire. Sa victoire contre la Suisse lui permet de dire mission accomplie.

Devant une foule de 13 212 spectateurs au Centre Bell, les joueurs à l'unifolié l'ont emporté 6-0. Mis à part la première moitié de la deuxième période, les Canadiens se sont retrouvés dans une classe à part. Ils ont tiré 43 fois au filet - contre 14 tirs suisses - et le pauvre gardien Ludovic Waeber a fait de son mieux pour limiter les dégâts.

L'attaque helvète semblait apôtre de la neutralité, écrirait-on si on ne craignait pas les clichés. Zachary Fucale n'a donc pas trop sué pour réaliser son blanchissage.

Le premier trio a continué ses ravages et Max Domi a réussi un triplé - même s'il jure que son deuxième but appartient plutôt à Anthony Duclair. «Je ne suis pas vraiment surpris des résultats de notre trio. Duclair et Reinhart sont d'excellents joueurs de hockey et on a une excellent chimie», a affirmé Domi.

Tout n'est pas rose dans le camp canadien, qui entame le Championnat mondial junior vendredi soir contre la Slovaquie au Centre Bell. Notamment, la troupe de Benoît Groulx est indisciplinée par moments dans des matchs où elle ne devrait pas l'être.

Mais Groulx a de bonnes raisons de sourire: son premier trio cartonne, avec six buts en deux matchs; la défense et ses trois buts accordés en autant de matchs n'a pas à rougir et l'équipe n'a flanché qu'une fois en 11 désavantages numériques au total.

«Dans l'ensemble, notre jeu a été correct. Mais je sais, et les joueurs savent, que l'on peut faire mieux», a lancé Groulx.

La victoire d'hier permet de dresser un premier bilan à la veille du début du «vrai» tournoi. «On sort de ces matchs-là avec beaucoup de confiance. On est sereins, assure l'entraîneur. On sait que la commande ne sera pas facile à remplir.»

Le revers d'hier était le second de la sélection helvète en deux matchs hors concours après une défaite de 3-2 contre la Slovaquie. «Ç'a été un match difficile, ça ne fait que trois jours qu'on est ensemble, explique l'entraîneur de la sélection suisse, John Fust. On avait plusieurs joueurs qui évoluaient en Amérique du Nord et qui viennent tout juste de nous rejoindre. On va devoir bâtir là-dessus pour commencer le tournoi.»

Trois buts en 53 secondes

Le premier but des Canadiens est venu hier à quatre contre quatre. Le superbe jeu a été amorcé sur une mise en échec de Madison Bowey qui a neutralisé un joueur suisse. Bowey a ensuite remis la rondelle à Josh Morrissey qui a vu Brayden Point arriver en trombe sur sa droite. La passe était précise et le but de Point, le 13e attaquant de la formation canadienne, imparable.

En début de deuxième, la Suisse a repris du poil de la bête grâce à plusieurs punitions canadiennes. Mais c'était toujours 1-0 à cinq minutes de la fin de la période et les Suisses semblaient en mode survie quand Max Domi a marqué. Il a récidivé quelques minutes plus tard en redirigeant un tir d'Anthony Duclair. Puis Jake Virtanen a sorti ses mains, a déjoué un défenseur helvète puis le gardien pour faire 4-0. Les trois buts sont venus en 53 secondes.

En troisième, Nick Ritchie a marqué. C'était le premier but pour le trio de Connor McDavid, qui a amassé une passe au détour. Max Domi a ensuite marqué le sixième but du match et son troisième de la rencontre.

Équipe Canada junior (ÉCJ) va s'entraîner aujourd'hui et demain.

La Slovaquie, sa rivale vendredi, a remporté ses deux matchs préparatoires, d'abord contre la Suisse, puis hier au compte de 3-1 contre la République tchèque. Groulx n'a pas voulu dire qui de Zachary Fucale ou d'Eric Comrie sera devant les buts.

Fiala, un peu seul et Fabbri, peu visible

Robby Fabbri, du Canada, et Kevin Fiala, de la Suisse, ont plusieurs points en commun.

Ces deux joueurs de petite taille, mais extrêmement habiles et teigneux, ont eu le privilège d'être repêchés en première ronde par un club de la LNH en juin dernier. Fiala au 11e rang par les Predators de Nashville, Fabbri au

21e rang par les Blues de St. Louis.

Malgré ses 18 ans et ses 5'10 et 170 livres, Fabbri est passé à un poil de causer une surprise de taille en décrochant un poste chez les puissants Blues cette année. Au dernier instant, la direction du club a choisi de le renvoyer chez les juniors.

Fiala a lui aussi étonné au camp d'entraînement en y demeurant jusqu'à la toute fin. Pour finir, il a été battu logiquement par Filip Forsberg, plus âgé que lui, plus aguerri, plus costaud. Il a choisi de jouer dans la Ligue d'élite de Suède, cet hiver, où il a obtenu 14 points en 20 matchs.

On les retrouve donc sans surprise au Championnat mondial junior, dans des rôles néanmoins bien différents en raison du talent au sein de leurs équipes respectives.

Fiala est l'un des attaquants importants de la Suisse avec Timo Meier, 46 points en 33 matchs chez les Mooseheads d'Halifax et candidat de choix au prochain repêchage. On l'utilise à l'aile droite même s'il tire de la gauche et il est évidemment employé dans toutes les situations.

Fabbri doit se contenter du rôle de troisième ailier droit (il tire de la gauche, lui aussi), derrière Anthony Duclair et Curtis Lazar, deux joueurs plus vieux prêtés par leurs clubs de la LNH, les Rangers de New York et les Sénateurs d'Ottawa.

Outre quelques mises en échec et une vilaine punition en territoire offensif en première, on a peu vu Fabbri, malgré son style de jeu généralement électrisant.

D'autant qu'il n'a pas beaucoup joué en raison des nombreuses punitions des deux côtés. Il a connu sa meilleure présence en fin de deuxième, avec un tir et une punition à une infraction dont il avait fait les frais.

Fiala s'est fait remarquer davantage, mais il n'est pas si bien entouré et il manquait d'appuis lors de ses entrées en territoire adverse. Il est néanmoins de deux punitions du Canada alors qu'il se faisait menaçant en territoire adverse.

Mais la Suisse s'est écroulée en deuxième période et Fiala s'est retrouvé sur la glace pour deux buts de l'adversaire, même s'il n'était pas en faute sur les jeux en question.

La troisième période ne fut que formalité: on aurait compris Fiala d'être franchement découragé, et Fabbri déçu de ne pas avoir été invité au party...

Avec Mathias Brunet

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer