Mine Jeffrey: Charest «exporte la mort»

«Ce sont des mots très durs, je le... (Photo: Jacques Boissinot, PC)

Agrandir

«Ce sont des mots très durs, je le sais, mais c'est la vérité», a lancé l'ex-péquiste Lisette Lapointe (au centre). Elle a déposé une motion hier pour demander au gouvernement Charest de ne pas offrir une garantie de prêt de 58 millions à la mine Jeffrey. Elle a été appuyée par les chefs de Québec solidaire et Option nationale, Amir Khadir (à droite) et Jean-Martin Aussant (en arrière au centre).

Photo: Jacques Boissinot, PC

Paul Journet
La Presse

En voulant financer la relance de la mine d'amiante Jeffrey, le gouvernement Charest se prépare à «exporter la maladie et la mort», accusent les indépendants souverainistes.

«Ce sont des mots très durs, je le sais, mais c'est la vérité», a lancé l'ex-péquiste Lisette Lapointe. Elle a déposé une motion hier pour demander au gouvernement Charest de ne pas offrir une garantie de prêt de 58 millions à la mine Jeffrey. Le gouvernement a refusé d'en débattre.

Cette relance permettrait de créer 60 emplois. «C'est cher l'emploi», lance Mme Lapointe. Elle a été appuyée par les chefs de Québec solidaire et Option nationale, Amir Khadir et Jean-Martin Aussant, ainsi que les ex-péquistes Pierre Curzi et Louise Beaudoin. Ils rappellent que l'Organisation mondiale de la santé a déjà rabroué Baljit Chadha, l'homme d'affaires qui veut relancer la mine.

Aucune mine d'amiante n'est exploitée actuellement au Canada. Il faudrait laisser cette industrie mourir «de sa belle mort», croient ces députés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer