Directions d'écoles : impatientes de participer aux décisions

« Les écoles parleront d'optimisme le jour où elles... (Photo Thinkstock)

Agrandir

« Les écoles parleront d'optimisme le jour où elles pourront véritablement participer à la prise de décision qui touche de près ou de loin la réussite et le bien-être de leurs élèves », souligne l'auteure.

Photo Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lorraine Normand-Charbonneau

Présidente de la Fédération québécoise des directions d'établissement d'enseignement

Alors que les élèves reprennent tranquillement le chemin de l'école, les directions et leur équipe-école les accueillent pour amorcer avec enthousiasme une nouvelle année.

Mais les écoles parleront d'optimisme le jour où elles pourront véritablement participer à la prise de décision qui touche de près ou de loin la réussite et le bien-être de leurs élèves.

Cette année, tout comme les précédentes, les directions, les parents et les équipes-écoles sont à l'oeuvre pour assurer la réussite des élèves. Rassurez-vous, jamais l'école n'aura été ébranlée ou incertaine face à son rôle ou ses responsabilités. Ni même inquiète quant aux impacts que le projet de loi 86, aujourd'hui caduc, aurait pu engendrer. Triste réalité, le projet de loi 86 aura été la cible de bien des attaques, alors qu'il visait une bien noble cause : la réussite des élèves.

Malheureusement, la crainte d'une perte de pouvoirs ou l'incompréhension de plusieurs regroupements aura eu le dessus sur la raison d'être de l'école. Mais l'école, grâce à l'ardeur de tous les gens qui y travaillent, est restée forte, bâtie sur de solides fondations.

FAIRE CONFIANCE AUX ÉCOLES

Certaines propositions mises sur la table le printemps dernier, par le ministre de l'Éducation, reviennent naturellement d'elles-mêmes cet automne. Le ministre Sébastien Proulx souhaite rapprocher l'école des lieux de décisions tout en assurant la présence des parents au sein de l'instance de la commission scolaire.

Simple débat de structure, diront certains. Bien au contraire.

Alors que dans la majorité des commissions scolaires on dicte aux écoles comment répondre aux besoins de leurs élèves, ce changement organisationnel permettra enfin aux directions d'école de participer aux décisions qui concernent la répartition des ressources et des sommes d'argent destinées à la réussite des jeunes.

Le gros bon sens, direz-vous. Malheureusement, encore aujourd'hui, les écoles doivent se battre pour obtenir ce « privilège » destiné aux détenteurs de postes électifs alors qu'elles sont les mieux placées, avec leur équipe, pour analyser et répondre aux besoins de leurs élèves.

OBJECTIF RÉUSSITE

Nous ferions fausse route d'opposer la centralisation à la décentralisation, car le véritable enjeu mis de l'avant par le projet de loi 105, qui sera étudié en commission parlementaire cet automne, est encore une fois la réussite du plus grand nombre d'élèves.

Le vrai débat dont il sera ici question est d'enfin permettre aux gens du terrain, de l'école, d'être au coeur des décisions et ainsi développer le plein potentiel de chaque élève tous milieux et tous niveaux socioéconomiques confondus. Qui peut être contre ce principe ?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer